jet d'encre

Victor Santos Rodriguez
Voir tous les auteurs

Victor Santos Rodriguez Membre du comité

Victor Santos Rodriguez est membre fondateur et Président de l’Association Jet d’Encre. À travers son engagement quotidien au service de Jet d’Encre, il cherche à promouvoir le pluralisme, le débat d’idées et l’esprit de dialogue qui constituent à ses yeux des maillons essentiels d’une société saine et prospère. La lutte contre les schémas de pensée ethnocentriques se situe au cœur de sa démarche, laquelle trouve une expression dans ses écrits. Rencontres, échanges et découvertes, Jet d’Encre est avant tout pour lui une chance de vivre une aventure profondément humaine. Diplômé de l’Université de Genève et de l’Institut de Hautes Études Internationales et du Développement, Victor réalise actuellement son doctorat à l'IHEID.

Articles de Victor Santos Rodriguez

L'Entretien Jet d'Encre 6 décembre 2015

Avec Jean-François Bayart

Après la vive émotion sus­ci­tée par les atten­tats ter­ro­ristes de Paris, l’heure est désor­mais à la réflexion com­mune. Les récentes mani­fes­ta­tions de vio­lence poli­tique en France et ailleurs posent en effet des défis d’ensemble et appellent des réponses non moins ambi­tieuses. Afin d’approcher ces ques­tions de fond, Bouna Chames Eddine Mbaye, Victor Santos Rodriguez et Ueli Staeger sont allés à la ren­contre de Jean-François Bayart, spé­cia­liste de l’Afrique et des rapports entre reli­gion et poli­tique.

Culture 21 septembre 2015

Moix, Salamé et le traitement du rap dans les médias

Amour, rarement. Haine, souvent. Clichés, toujours. La relation qu’entretiennent rap et médias est compliquée. La faute ne revient évidemment pas qu’aux médias, certains protagonistes de ce courant musical tendant parfois le bâton de leur propre supplice. Cela dit, samedi soir, le grand public a pu observer un exemple frappant de traitement médiatique injuste, voire indigne.

International 14 août 2015

Entretien exclusif: le jeune Néo-Zélandais voulait réaliser un documentaire pour sensibiliser sur la question des stages non payés à l’ONU, révèle-t-il sur Jet d’Encre

The interview is also available in English. Le stagiaire néo-zélandais à l’ONU dont l’histoire a été reprise dans les médias du monde entier accorde un entretien exceptionnel à Stefan Renna, Victor Santos Rodriguez et José Tippenhauer. Il explique sur Jet d'Encre ses motivations et révèle avoir tenté de mobiliser l'opinion publique dans le cadre d’un documentaire.

Société 7 février 2015

Avant tout, préservons notre école

La sinistre perspective de voir le tissu éducatif genevois fragilisé par les récentes tractations budgétaires m’a profondément ébranlé. Aussi impérieuses que soient les nécessités budgétaires du canton, nul arbitrage financier qui taillerait dans la formation ne me paraît responsable. Et pour cause ! L’école est le premier maillon d’une société à la fois juste et prospère. Si Genève souhaite perpétuer sa tradition d’excellence, elle se doit de préserver un système éducatif à la hauteur de ses ambitions...

Politique 11 septembre 2014

Pourquoi l’UDC aime tant (stigmatiser) l’Islam

Le vote sur l’interdiction des minarets? Raté. Ça, c’est presque de l’histoire ancienne. Aussi surprenant qu’il puisse y paraître, nous sommes ici en plein dans l’Argumentaire officiel en faveur de l’initiative « contre l’immigration de masse » votée le 9 février dernier. On peine évidemment à saisir en quoi la place de l’Islam en terre helvétique ait pu constituer un enjeu majeur de cette votation. Pourtant, si l’UDC a tenu à mettre en avant ce thème dans son plaidoyer, ce n’est ni une erreur, ni un hasard. Agiter l’épouvantail musulman entraîne des retombées aux urnes. Et ça, le parti blochérien l’a bien compris...

Actualité 17 janvier 2014

SHARON | De l’indécence de saluer la mémoire d’un criminel

Depuis l’annonce de son décès samedi dernier, les hommages de la classe politique internationale ne cessent d’affluer, largement relayés par les médias. Mais quelle figure peut-elle bien susciter les témoignages de compassion d’Obama, Biden, Kerry, les Clinton, Bush, Hollande, Cameron, Blair, Merkel, Berlusconi, Poutine ou encore le Secrétaire général des Nations unies? Non, non, il ne s’agit cette fois plus de Nelson Mandela. Ça, c’était il y a un mois, et c’est déjà oublié. Hier, on regrettait la perte d’un grand humaniste; aujourd’hui, on pleure la mort d’Ariel Sharon. Comme quoi, en politique, les limites du cynisme ont peine à être tracées...

Sport 16 septembre 2013

Juan Carlos Valerón, un génie oublié par l’Histoire

Nerveux. Tel est mon état au moment d’entamer cette entreprise essentielle à mes yeux. Celle de rendre un juste hommage à l’une des personnes qui aura sans doute le plus marqué, influencé mon existence. Mais par où commencer ? Et comment ? La tâche s’annonce en effet ardue, tant le génie de cet esthète du ballon rond ne se laisse pas aisément capturer par les traditionnelles compilations YouTube qui...

International 29 juillet 2013

Noam Chomsky et la question du nucléaire iranien

Vendredi 26 juillet 2013, salle comble au Club suisse de la presse à Genève. Les journalistes helvétiques et internationaux se sont déplacés en masse pour accueillir celui dont nul ne peut contester le statut de figure intellectuelle majeure de notre époque. Illustre linguiste et professeur émérite au MIT, Noam Chomsky est aussi connu pour son parcours intellectuel engagé...

Actualité 3 juillet 2013

À quoi joue l’administration Obama en Syrie ?

Le mercredi 26 juin 2013, l’Observatoire syrien des droits de l’homme a annoncé que la barre symbolique des 100'000 morts, depuis le début du soulèvement contre le régime de Bachar el-Assad en mars 2011, avait été franchie. Des chiffres difficilement vérifiables, tant l’accès au territoire syrien est limité, mais qui nous donnent néanmoins la pleine mesure de cette tragédie humanitaire...

Actualité 19 avril 2013

L’attentat de Boston : Chronique d’une compassion sélective

Lundi 15 avril 2013, 14h50, heure locale. En une fraction de seconde, l’atrocité absolue vient éclipser la jubilation collective; les cris de terreur supplantent la clameur enjouée, en un battement de coeur. Une première déflagration retentit. Puis, une deuxième. Deux bombes artisanales viennent d’exploser en pleine foule, semant le chaos à quelques mètres de l’arrivée du marathon de Boston. D’un souffle, trois vies sont emportées et une centaine de personnes blessées. L’horreur de cet évènement envahit la Toile et ses réseaux sociaux...

Sport 28 mars 2013

Pourquoi toujours opposer Federer et Nadal ? Faisons la paix autour des valeurs !

Après sept mois loin des courts, Rafael Nadal marque un retour prodigieux. Une finale et trois tournois remportés, battant au passage Roger Federer, son éternel rival. Dans un réflexe nationaliste primaire, je décide de généreusement partager mon extase avec tous les Federiens notoires présents dans mon entourage. Appels, SMS, messages Facebook, tweets, tout y passe ! Chaque échange me procure un plaisir intense. Une jouissance que je pense pouvoir prolonger à souhait sur ma terre d’adoption helvétique, terrain de chasse infini où les Federiens sont bien évidemment légion. Porté par l’euphorie, je pousse l’effronterie jusqu’à envisager l’écriture d’un article...

Politique 7 février 2013

Sans Michael Jackson, pas de Barack Obama

Nous sommes le 4 novembre 2008. Des scènes de liesse éclatent aux quatre coins du pays. Cris de victoire, embrassades d’espoir, larmes de joie. De Harlem à Atlanta, en passant par Los Angeles, la communauté afro-américaine exulte en ce jour historique pour les États-Unis d’Amérique. Près d’un siècle et demi après l’abolition de l’esclavage, et quarante-cinq ans après le fameux « I have a dream » du révérend King marquant le point d'orgue du Mouvement des droits civiques, l’élection de Barack Hussein Obama vient concrétiser le rêve jusque-là chimérique de générations successivement asservies, ségréguées et discriminées au « pays de la liberté ». L’extase donc, à laquelle doit succéder le devoir de mémoire, l’hommage...

International 8 octobre 2012

Qui a peur de l’Homme perse? Déconstruction de la psychose autour du nucléaire iranien [Partie 6]

La crise nucléaire iranienne ne cesse de s’aggraver, au point que l’extrême polarisation des positions qui s’affrontent aujourd’hui les rend de plus en plus irréconciliables. La perspective d'une résolution diplomatique semble ainsi s'éloigner inexorablement. Pour freiner la progression de Téhéran vers une hypothétique acquisition de l’arme nucléaire, tous les moyens semblent désormais bons. Il convient néanmoins de s’interroger sur le bien-fondé des politiques envisagées ou d’ores et déjà mises en oeuvre afin de répondre au “péril iranien”. D’abord, comme nous l’avons déjà souligné, les options privilégiées pour y faire face sont en disproportion totale avec la réalité de la menace que représente la République islamique d’Iran. En effet, des dispositions prises sur la base d’inquiétudes déraisonnablement exagérées et de scénarios apocalyptiques ne peuvent qu’être inadaptées et potentiellement dangereuses. Ensuite, même si on s’accordait largement sur la gravité de la situation et donc sur l’impérieuse nécessité d'empêcher la nucléarisation de l’Iran, il conviendrait toutefois de questionner la légitimité, l’éthique mais surtout l’efficacité des moyens employés pour atteindre cette fin.

International 17 septembre 2012

Qui a peur de l’Homme perse? Déconstruction de la psychose autour du nucléaire iranien [Partie 5]

Le vendredi 28 mai 2010, les 189 États parties au Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires (TNP) adoptaient par consensus un accord qualifié de “crucial”, dont l’idée maîtresse était d’établir une zone dénuée de toute arme nucléaire au Moyen-Orient. L’accomplissement d’un tel dessein requerrait la signature du TNP par Israël, un des seuls États non-membres, ainsi que le placement des installations nucléaires israéliennes sous surveillance de l’Agence internationale de l’énergie atomique. L’Iran applaudissait l’accord, appelant de ses voeux un monde débarrassé de l’arme ultime, alors que l’État hébreu le qualifiait d’hypocrite...

International 10 septembre 2012

Qui a peur de l’homme perse? Déconstruction de la psychose autour du nucléaire iranien [Partie 4]

Avec les explosions d’Hiroshima et de Nagasaki les 6 et 9 août 1945, le monde entier a brutalement basculé dans une ère absolument nouvelle, celle du nucléaire. Dès lors, la peur d’une apocalypse nucléaire n’a cessé de s’inviter dans l’imaginaire collectif, tant le pouvoir dévastateur de la bombe atomique fascine et terrorise. Face à un tel potentiel annihilateur, capable de mettre en péril la pérennité de l’espèce humaine, la raison la plus élémentaire commanderait une condamnation absolue. Ce n’est d’ailleurs pas une surprise si l’Organisation des Nations Unies (ONU) s’est fixé comme objectif prioritaire l'éradication complète de l’arme ultime. Malgré cette terrifiante épée de Damoclès, certains trouvent à l’arme nucléaire des vertus bénéfiques...

International 2 septembre 2012

Qui a peur de l’Homme perse? Déconstruction de la psychose autour du nucléaire iranien [Partie 3]

Combien de fois n’a-t-on pas entendu dire que les dirigeants iraniens, avec comme figure de proue le machiavélique Ahmadinejad, sont des idéologues fanatiques et irrationnels? Aveuglés par un antisémitisme viscéral, ils sacrifieraient volontiers des millions d’Iraniens dans le simple but de “rayer Israël de la carte”. De même, obnubilés par un anti-américanisme primaire, nul ne sait à quoi ils seraient prêts dans leur combat idéologique contre le “Grand Satan”. De telles assertions sont aujourd’hui monnaie courante, aussi bien dans les médias que dans le discours des politiciens occidentaux, se propageant ainsi dans l’opinion publique. Alors, qu’en est-il réellement? Les Iraniens, fous? Pas si sûr... En effet, rien ne porte à croire que les dirigeants iraniens soient moins raisonnés que leurs homologues occidentaux. On peut ne pas partager les valeurs et l’idéologie des dirigeants en poste à Téhéran. Mais dire qu’ils sont irrationnels, c’est une autre histoire...

International 26 août 2012

Qui a peur de l’Homme perse? Déconstruction de la psychose autour du nucléaire iranien [Partie 2]

Lorsqu’on aborde une thématique aussi sensible que celle du nucléaire iranien, les passions sont inévitablement très vite attisées, d’où la nécessité absolue de distinguer les faits de la pure spéculation. Par souci d'honnêteté intellectuelle, il paraît dès lors fondamental de mettre à plat ce que l’on sait, mais aussi et surtout d’admettre ce que l’on ne sait point au sujet du programme nucléaire iranien, avant de se lancer dans toute réflexion approfondie. Un bref tour d’horizon révèle aussitôt que certains éléments cruciaux sont souvent déformés, inventés ou alors tout simplement occultés par la mémoire sélective de certains chantres d’une politique dure vis-à-vis de l’atome perse. C’est pourquoi nous souhaitons brosser ici un panorama objectif, bien qu’inévitablement non exhaustif, permettant de construire une analyse exempte de préjugés.

International 19 août 2012

Qui a peur de l’Homme perse? Déconstruction de la psychose autour du nucléaire iranien [Partie 1]

“Dans le monde d’aujourd’hui, nul péril n’est plus grand que la perspective des ayatollahs à Téhéran en possession de l’arme nucléaire [...] Je m’engage auprès de vous, et de tous les Américains, si je deviens commandant en chef des armées, à faire usage de tous les moyens qui s’avéreront nécessaires à notre protection et celle de la région, et à empêcher que le pire n’advienne tant qu’il en est encore temps.”1 Ces propos alarmistes, récemment prononcés par le candidat républicain Mitt Romney dans la cadre de la course à la présidence américaine, sont le reflet d’une position largement partagée par une pléthore de politiciens et analystes occidentaux, dont les médias se font volontiers le relais. L’Iran est ainsi dépeint comme le Mal incarné, auquel l’urgence commanderait d’opposer tous les moyens afin de l’empêcher de se doter de l’arme atomique.

International 2 novembre 2011

Israël, un fardeau stratégique pour les États-Unis ?

23 septembre 2010. New York. Assemblée générale des Nations unies. La communauté internationale est tout ouïe. Barack Obama à la tribune : “The conflict between Israelis and Arabs is as old as this institution. And we can come back here next year, as we have for the last 60 years, and make long speeches about it. […] Or, we can say that this time will be different -- that this time we will not let terror, or turbulence, or posturing, or petty politics stand in the way. […] If we do, when we come back here next year, we can have an agreement that will lead to a new member of the United Nations -- an independent, sovereign state of Palestine, living in peace with Israel.” L’assemblée, acquise dans sa grande majorité à la cause palestinienne et lasse de constater année après année l’embourbement dans lequel se trouve le conflit israélo-palestinien, est conquise, en liesse ! Incarnant le renouveau de la politique étrangère américaine au Moyen-Orient, Obama suscite espoir et sympathie. Il semble si différent de ses prédécesseurs…