Politique Le 11 novembre 2013

Initiative 1:12, un jeu perdant-perdant

3
3
Initiative 1:12, un jeu perdant-perdant

Jet d’Encre précise que l’ordre des publications relatives à l’initiative 1 :12 – signées par Véronique Kämpfen et Benoit Gaillard – est simplement régi par l’ordre de réception des deux articles. Aucun des deux auteurs n’a eu accès à l’article de l’autre avant leur publication.

Article contradicteur de Benoit Gaillard : http://www.jetdencre.ch/?p=5197

 

Faut-il avoir honte d’être riche? À en croire l’initiative «1 :12 – pour des salaires équitables», la réponse pourrait être oui. Selon les jeunes socialistes suisses, auteurs de l’initiative, la richesse est un état qu’il vaut la peine de combattre. Comme le précisent les initiants sur leur site, «personne ne doit gagner moins en un an que ce qu’un manager dans la même entreprise gagne en un mois.»

L’idée est donc de plafonner les salaires dans une même entreprise à douze fois le plus bas salaire. Si on imagine, par exemple, que le plus bas salaire est de 4’000 francs par mois, alors le salaire le plus haut serait de 48’000 francs.

Mais au nom de quoi faudrait-il limiter les salaires? «Ainsi, les cadres ne pourront s’enrichir toujours plus tandis que stagnent les salaires de toutes les autres travailleuses et de tous les autres travailleurs», écrivent les jeunes socialistes. Ils imaginent en outre une redistribution de la part rognée des hauts salaires sur les plus bas. Mais cette redistribution n’aura pas lieu. Ce n’est pas parce que vous baissez les salaires du top management que les employés en bas de l’échelle vont gagner plus. En revanche, l’État, et donc la collectivité, sortiront perdants de cette limitation. Pourquoi? Parce que les hauts revenus contribuent massivement aux impôts. Ainsi, 10% des personnes gagnant les plus hauts salaires contribuent à 77% de l’impôt fédéral direct et, à Genève, 0,8% des contribuables les plus fortunés (ceux dont le revenu dépasse 500’000.- francs par an) alimentent à eux seuls 20% du produit de la fiscalité sur les personnes physiques. Cette participation extrêmement forte des personnes à hauts revenus est due à la progressivité de l’impôt. En fait, le législateur a d’emblée voulu corriger ainsi une certaine inégalité des revenus, permettant aux plus faibles revenus de ne quasiment pas participer à l’effort collectif (à Genève, près de 30% de la population ne paie pas du tout d’impôts), grâce à une contribution massive des plus hauts revenus. Sans ces derniers, le niveau social que nous connaissons en Suisse serait remis en cause. Pour faire face à la baisse des rentrées fiscales, il faudrait augmenter les impôts de la classe moyenne et des bas revenus, qui peinent déjà à boucler leurs fins de mois. Cela ne saurait être une évolution positive.

Il en va de même pour les assurances sociales. On ignore encore trop souvent que tout le monde touche la même rente AVS, plafonnée à 2’340.- francs par mois pour une personne seule, alors que les cotisations ne sont pas plafonnées, elles sont de 5,15% pour tout le monde. Ce qui signifie que quelqu’un qui gagne 500’000 francs par année paiera 25’700.- à l’AVS par an (et son employeur la même somme, les cotisations étant paritaires) et que celui qui gagne 48’000.- francs en paiera 2’472.-. Ce qui faisait dire à l’un des pères – socialiste – de l’AVS, Hans-Peter Tschudi, «les riches n’ont pas besoin de l’AVS, mais l’AVS a besoin des riches». Sans l’apport des assurés aisés, qui cotisent énormément et qui touchent la même rente que tout le monde, l’AVS se porterait fort mal.

Il est en outre intéressant de constater qu’il n’y a que peu d’entreprises qui seraient touchées par l’initiative. L’économie suisse est composée à 99,6% de PME et seules quelques 1200 entreprises  sont en fait concernées par ce texte. Mais alors pourquoi les petites entreprises s’y opposent-elles aussi? Tout simplement parce que c’est une ingérence de l’État dans leurs affaires, ce qui empêche la flexibilité nécessaire à la bonne marche de leurs affaires. Les pays où l’État réglemente trop sont des États où l’économie va mal, où l’innovation et la compétitivité sont en berne et où le chômage atteint des niveaux extrêmement préoccupants.

Les jeunes socialistes en veulent globalement à la libre entreprise, comme ils l’expliquent sur leur site: «Nous refusons un système économique qui apporte à une minorité une richesse infinie tandis qu’il met au chômage des milliards de gens». L’argument laisse songeur quand on sait que sans entreprise, il n’y a pas d’emploi. Et que c’est justement grâce à la création d’emplois par les entreprises qu’il est possible de combattre le chômage.

L’initiative 1 :12 n’aura pas d’influence positive sur les bas salaires. Oui, elle aura une incidence sur les hauts salaires, mais au prix de sacrifices impensables au niveau des impôts et des assurances sociales, ce qui pèsera surtout sur les personnes à bas revenus. Le jeu en vaut-il la chandelle? Non, bien sûr.

 

Film de « 1 :12, la fausse bonne idée ». Plus de 130’000 vues sur Youtube ce qui représente un record pour un film politique suisse.

Sketch humoristique de l’émission 120 secondes, diffusée sur Couleur 3 et présentée par Vincent Kucholl et Vincent Veillon, intitulé « L’initiative 1 :12 – la parole à un partisan ».

Commentaires

image-user

Marc

Alors là, je suis tout à fait d'accord. Les dirigeants d'entreprise devraient avoir honte de leur fortune. Ce sont les…

Lire la suite
image-user

K. D.

Pas spécialement favorable à cette initiative mais pour moi l'article commence mal. Une personne qui gagne 48'000 CHF par moi,…

Lire la suite
image-user

Adrien Guillod

Je ne suis pas forcément partisan de cette initiative, mais cet article ne me convainc pas. Il ne fait que…

Lire la suite

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Jet d'Encre vous prie d'inscrire vos commentaires dans un esprit de dialogue et les limites du respect de chacun. Merci.

image-user

Marc

Alors là, je suis tout à fait d’accord. Les dirigeants d’entreprise devraient avoir honte de leur fortune. Ce sont les salariés qui font tout le travail, qui sont le moteur de l’entreprise. Le dirigeant fait des tâches non négligeables, mais pas plus importants que ceux des salariés. Donc, leurs revenus ne devraient pas connaître un aussi grand écart.

Répondre
image-user

K. D.

Pas spécialement favorable à cette initiative mais pour moi l’article commence mal. Une personne qui gagne 48’000 CHF par moi, n’est-elle pas déjà riche?

Répondre
image-user

Adrien Guillod

Je ne suis pas forcément partisan de cette initiative, mais cet article ne me convainc pas. Il ne fait que recracher sans regard critique les arguments des opposants qui sont parfois trompeurs. Par exemple, c’est juste de dire que 10% des plus hauts revenus paient 77% des impôts fédéraux directs, mais l’initiative ne toucherait, à mon avis, qu’entre 0,1% et 1%.De plus, il y a des affirmations sans aucune justification pour les soutenir: « Les pays où l’État régle­mente trop sont des États où l’économie va mal, où l’innovation et la com­pé­ti­ti­vité sont en berne et où le chô­mage atteint des niveaux extrê­me­ment préoccupants. » La Finlande, le Danemark, la Suède, l’Autriche sont des contres exemples ou encore plus loin la Chine, la Corée du Sud et Taiwan sont des pays où l’Etat réglemente beaucoup sans que l’économie aie si mal.

Répondre