jet d'encre

International Le 30 janvier 2017

Cruauté et Couardise

0
0
Cruauté et Couardise

Photo : Scène de rêve conçue par Salvador Dali, Spellbound, Alfred Hitchcock © Seltznick International, 1945

Nous y sommes. Conséquent avec lui-même, ses déclarations au cours de l’année écoulée et les attentes de ses électeurs – il a été élu démocratiquement, et c’est toute la faute-crime de cette Amérique à la fois Vaudeville, Burlesque et Grand-Guignol désormais à la dérive presque plus que durant les années 1970 – le président Donald Trump a logiquement franchi le seuil et a ordonné aux autorités américaines la mise en place officielle de mesures discriminatoires contre les adeptes d’une religion (même si, hypnotiseur d’une audience complice, il s’en défend). Dans une république. Dans une démocratie fondée plus que toute autre société dans l’histoire sur la célébration de la diversité.

Ce qui doit donc le moins étonner est que cette phase ait été atteinte, puisque tout y a concouru. La détermination d’une figure qui à elle seule marie toutes les dystrophies de notre temps – errance ludique, négligence de la vérité, individualisme débridé, culte de l’argent, culture de la victoire à tout prix, abrutissement de masse, arrogance revendiquée, vulgarité normalisée, absence de civilité, mépris des conséquences sur autrui et admiration du fait accompli sans décence ni scrupules –, un homme-époque symbiose à la fois de la télé-réalité socialement pornographiée, de Wall Street version Oliver Stone et de l’infotainment à la Fox News, s’est allié à ce qui, en tout temps, a principalement fait le lit de l’autoritarisme, à savoir l’apathie et l’indifférence, pour nous faire entrer de plein pied dans le monde Orwellien du 21ème siècle.

Nous y sommes. Certes, les Musulmans de 2017 ne font que s’ajouter aux Chinois de 1882 (interdits par le président Arthur), les Anarchistes de 1903 (bannis par le président Théodore Roosevelt), les Japonais de 1942 (incarcérés par le président Franklin Roosevelt), les Communistes de 1950 (pourchassés par le président Truman) et les Cubains de 1986 (dont l’entrée avait été limitée par le président Reagan). Cette fois-ci, néanmoins, la comédie des erreurs des fausses lectures et analyses bancales – dont la cécité n’a eu d’égale que la couardise de la rationalisation qui a si vite suivie – s’est jouée sur le mode lamento de l’irresponsabilité et du fatalisme. Si donc la pierre ne peut être jetée à Trump, adepte revendiqué des pratique dépréciatives, convocateur de Kafka (un fait peut désormais être « alternatif ») et élu conséquent avec lui-même (peut-être œuvre-t-il quelque peu trop tôt à sa réélection), c’est bien aux pieds de  cette fameuse « majorité silencieuse », charmée par Richard Nixon en 1968 face aux « voyous » opposés à la guerre du Vietnam, tweetant sa haine anti-Islam à chaque attaque terroriste, faisant barrière (ou croche-pied) à des miséreux migrants fuyant mort et désolation, se préparant sourdement à élire Marine Le Pen au cocon patiemment tissé, admirant la bravade de Poutine ou celle d’Erdogan, et qui aura donc élu le quarante-cinquième président des États-Unis qu’il faut aujourd’hui déposer les armes.

Les leçons sont légion et elles sont tout autant régulièrement ignorées dans les univers ouatés répétant, de tragédie en farce, une histoire qui, pourtant, à chaque fois a moins de raison d’être amnésique (« America First » était ainsi une formule utilisée par les antisémites américains des années 1940 sympathisants du régime hitlérien et qui, dès 1938, répondaient « oui » à 65% à un sondage Gallup demandant : « la persécution des Juifs est-elle de leur faute ? » ).

« Il faut lui donner sa chance », « n’a-t-il pas gagné l’élection ? », « elle était une candidate particulièrement mauvaise », « ces Musulmans exagèrent », « nous devons nous protéger de cette vague d’invasion de migrants », autant de rationalisations, d’inépuisables interrogations sur les motivations de l’Autre et d’épuisantes certitudes sur les bienfaits attendus de la manière forte. Mais la couardise est universelle et, de la même façon, elle se retrouve aujourd’hui du côté de ces gouvernements arabes et musulmans qui a chaque fois ont toléré l’intolérable, à commencer par la misère de ces Syriens, nouveaux Palestiniens de la région, auxquels nulle main n’a été tendue, autorités qui s’accommodent encore et toujours de la stigmatisation de leurs propres citoyens et du diktat d’un Washington, face auquel ils ne peuvent concevoir la réciprocité souveraine et qu’ils préfèrent hypnotiser avec leur discours « sécuritaire » et leurs vrais-faux « terroristes ».

Mis en scène par des conseilleurs félicités par le Ku Klux Klan et annoncé à l’occasion de la journée de la mémoire de l’Holocauste, le décret Trump est pensé pour choquer et agit pour marquer une rupture. Une telle revendication a le mérite de la clarté, mais celle-ci, on peut le croire est également pyrrhique, puisqu’au-delà de son inhumanité, une telle démocratisation de la cruauté ne peut être que contre-productive. Il est en effet dangereux d’être trop conséquent. Aussi, à l’évidence, l’État islamique fera son beurre de cette « confirmation » de son narratif comme l’on peut escompter voir plus de radicalisation au sein même de ceux-là auxquels on a fait injustice alors qu’ils fuyaient …l’injustice.  Silence pourtant sous les chapiteaux des droits de l’Homme. Et également dans ce monde arabe tétanisé et en cette Europe qui, ayant plus peur d’être Muniché se Vichyfie et observe avec fascination et épatement – en lieu de dénonciation et rappel à l’éthique – ce « Trump, alors là, décidément bien résolu ! », ouvrant la porte petit à petit à ce à quoi, elle a répété un demi-siècle durant, « plus jamais ça ».  Mention, bien entendu et chapeau bas à ces femmes (différentes de ces 53% de femmes qui, elles, avaient voté pour Trump) qui ont marché les premières, et en force, contre le retour de la discrimination raciale dans leur pays – voir, à ce sujet, les deux documentaires The 13th et I Am Not Your Negro sortis ce mois-ci qui illustrent froidement le retour aux années 1960 sur ce flanc – et aux rejets de toute sorte, ainsi qu’à ces Juifs qui ont admirablement pris la défense des Musulmans se déclarant prêt à se faire « lister » à leurs côtés.

Prosternation ou résistance, encore et toujours le test ultime de l’intégrité. Faire donc le corrélat que l’hystérie politique associée aux frayeurs collectives aboutit invariablement à la perversion de l’ordre sociétal est une leçon d’histoire nécessaire aujourd’hui. Signe des temps, les hausses de ventes de 1984. L’on s’interroge alors : qu’est-ce qui avait inspiré autant d’acuité de perception en George Orwell – et Aldous Huxley (qui était le professeur de français d’Orwell), mais également Philip K. Dick, Norman Mailer, Gore Vidal et jusqu’à Chris Hedges qui aujourd’hui parle courageusement d’« impératif moral de rébellion » ? Comment Orwell avait-il pu voir avec autant de prescience, si tôt après la Seconde Guerre mondiale, alors que le mode dominant était à l’optimisme « We Can Do It » et « Trente Glorieuses », qu’une telle obscurité sociétale était possible ? Simplement peut-être une mise en relation de ce lacis d’embûches qu’est le creuset de l’indifférence et de ces deux permanents menteurs, cruauté et couardise.

 

Ce texte a initialement été publié sur le blog du Professeur Mohamedou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Jet d'Encre vous prie d'inscrire vos commentaires dans un esprit de dialogue et les limites du respect de chacun. Merci.

*