Jet d'ancre sur Le 16 décembre 2017

OTOP : Une solidarité digitale, un engagement local, par les jeunes pour les jeunes

1
1
OTOP : Une solidarité digitale, un engagement local, par les jeunes pour les jeunes

Et si leur smartphone pouvait pousser les jeunes à s’entraider? C’est le pari que fait l’association Kairos avec son application Otop. Valentin Bonheur nous présente son fonctionnement.


 

Comment encourager l’engagement citoyen des jeunes ? En valorisant leurs compétences et leurs comportements d’entraide et de solidarité entre pairs. C’est du moins le pari de l’association Kairos qui développe une application pour smartphones dans ce sens. L’application « OTOP.life  » sortira en janvier 2018 sur le canton de Genève.  Pour les jeunes entre 15 et 20 ans les plus impatients, Kairos recrute d’ores et déjà des testeurs et testeuses pour sa version bêta !

L’association Kairos se lance en 2014 dans la réalisation d’un projet qui a pour mission de responsabiliser, reconnaître et valoriser l’engagement chez les jeunes de 15 à 20 ans. « OTOP » est une application pour les jeunes, par les jeunes dont le concept a émergé à travers des ateliers de co-création menés par l’association avec des adolescent-e-s genevois-es et des étudiant-e-s de l’École Créa à Genève.

 

p1-ateliers co-cration

 

Lors de ces ateliers, il est apparu très clairement que les jeunes sont sensibilisés à un certain nombre de problématiques auxquelles fait face notre société. Ils ont un désir de s’engager, mais ne savent pas toujours par où commencer. Parfois ils ne se sentent pas légitimes ou compétents. En revanche, les ateliers ont démontré qu’ils accordent une grande importance au bien-être de leurs ami-e-s ; qu’ils les tiennent en haute estime et leur viennent en aide lorsqu’ils le peuvent. La considération de ses pairs est d’ailleurs primordiale pour se définir. Si les adolescent-e-s ont souvent des difficultés pour identifier leurs qualités et compétences, il suffit de leur demander celles de leurs ami-e-s pour crouler sous les superlatifs. Le concept de l’application OTOP était né : permettre aux jeunes de valoriser leurs compétences et celles de leurs ami-e-s pour mieux s’entraider. Pour cela, l’application intègre deux fonctionnalités principales, les « otop » et les « coups de pouce ».

 

Otop-CDP-p2

 

Sur son profil, chacun-e affiche ses « otops ». Il peut s’agir de compétences comme le bricolage, de qualités telles que la sincérité ou un engagement spécifique en faveur d’une cause qui tient à cœur, comme le soutien des mineurs non accompagnés dans les phénomènes migratoires. Les « otops » se présentent concrètement sous la forme d’un badge et d’un titre. Chacun-e peut choisir le graphisme du badge et les mots du titre de son « otop » ; le but étant que les jeunes s’approprient pleinement les « otops » et qu’ils ne soient pas limités dans leur créativité quand il s’agit de valoriser leurs ami-e-s. On peut s’attribuer soi-même des « otops » et nos ami-e-s peuvent nous en donner. Mais en fin de compte, c’est l’utilisateur-trice qui a le contrôle final des « otops » qui apparaissent sur son profil.

Les « coups de pouce » sont une offre ou une demande d’aide que l’on adresse soit à certain-e-s ami-e-s que l’on sélectionne, soit à tou-te-s ses ami-e-s en même temps. On peut aussi bien demander de l’aide à ses copains et copines pour un devoir de mathématiques que proposer un cours de samba pour partager sa passion et ses compétences.

Grâce à ses deux fonctionnalités principales, l’application OTOP permet à la fois de mettre en avant les savoir-être et savoir-faire des jeunes et d’échanger des services – les « coups de pouce » – dans le cadre desquels ils peuvent demander de l’aide, en proposant par exemple une activité. Avec OTOP, les jeunes sont mieux informé-e-s des compétences de leurs ami-e-s et de leurs besoins. L’entraide est facilitée et la solidarité est promue et reconnue au sein de leur communauté.

Ce projet a su séduire la fondation Oak1 ainsi que l’Office fédéral des assurances sociales, qui apportent toutes deux leur financement au projet, tout comme les premiers testeurs et testeuses de l’application.

L’application sortira en janvier dans le canton de Genève. Mais les jeunes de 15 à 20 ans peuvent s’inscrire dès à présent comme bêta-testeurs et bêta-testeuses de l’application en allant sur la page Facebook d’OTOP.

 

Pour plus d’informations : https://www.otop.life/ et https://www.kairos-association.org/

 


Références:

1. http://oakfnd.org/

Commentaires

image-user

Glory Cyriaque HOSSOU

Formidable !

Lire la suite

Laisser une réponse à Glory Cyriaque HOSSOU Annuler

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Jet d'Encre vous prie d'inscrire vos commentaires dans un esprit de dialogue et les limites du respect de chacun. Merci.

image-user

Glory Cyriaque HOSSOU

Formidable !

Répondre