L'encrier Le 18 mai 2013

Face à la mort

4
4
Face à la mort

David. La mort de Socrate (1787) © Metropolitan museum of art, New york

« Qu’est-ce, en effet, que craindre la mort, citoyens, sinon se prétendre en possession d’un savoir que l’on n’a point ? En définitive, cela revient à prétendre savoir ce que l’on ne sait point. Car personne ne sait ce qu’est la mort, ni même si elle ne se trouve pas être pour l’homme le plus grand des biens, et pourtant les gens la craignent comme s’ils savaient parfaitement qu’il s’agit du plus grand des malheurs. » 

Socrate

 

Je me permets de faire ici l’éloge
D’un homme depuis longtemps disparu.
Il discourut beaucoup le temps qu’il apparut
Jusqu’au jour où la ciguë serra sa gorge.

Il fut pour ses propos condamné à mort.
On l’accusa de corrompre la jeunesse
Et de rompre avec les Dieux et Déesses
Tant vénérés pour leurs pouvoirs et leur corps.

Certains eurent encore la chance de parler avec lui.
Tous rapportèrent un fait fort rare à voir :
Il resta le même de jour ou de nuit,
Car face à la mort il n’eut peur de son sort.

Cet homme comprit bien avant de mourir
Que la mort est inhérente à la vie.
Ainsi, il accepta sa destinée ici
Et honora ses pensées plutôt que de les fuir.

Vous autres qui pensez à vivre longtemps,
Apprenez de celui qui vécut bien son temps ;
Car mes chers on ne choisit pas le temps qu’on vit,
Mais on peut essayer de bien vivre sa vie.

Igor Rodrigues Ramos

 

Commentaires

image-user

Igor

Cher pepehurleur Il faut tout de même noter pour sa "défense", qu'à ce moment là dans la…

Lire la suite
image-user

pepehurleur

Un grand homme. Qui aimait les petits enfants... Ne l'oublions simplement pas.

Lire la suite
image-user

Yann K.

Salut Jane, Pour le poème, tous les crédits vont évidemment à la plume d'Igor! D'autres seront publiés…

Lire la suite

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Jet d'Encre vous prie d'inscrire vos commentaires dans un esprit de dialogue et les limites du respect de chacun. Merci.

image-user

pepehurleur

Un grand homme. Qui aimait les petits enfants… Ne l’oublions simplement pas.

Répondre
image-user

Igor

Cher pepehurleur

Il faut tout de même noter pour sa « défense », qu’à ce moment là dans la Grèce antique il était courant qu’un homme adulte entretiennent des relations de ce genres avec des adolescents( dès 12 ans semble-t-il) jusqu’à ce que ceux-ci ai de la barbe. Cette union pour ainsi dire pouvait donner lieu à une passion mais surtout à une éducation (en théorie), l’état y était donc favorable. On ne parlait ni de pédophilie, ni d’homosexualité, mais de pédérastie. Mais effectivement, Socrate et ses compatriotes seraient vu aujourd’hui comme des pédophiles, mais il ne faut pas voir Socrate comme un cas isolé et décalé.

Répondre
image-user

Yann K.

Salut Jane,

Pour le poème, tous les crédits vont évidemment à la plume d’Igor! D’autres seront publiés par la suite… 🙂

Je tiens à te remercier sincérement pour ton intérêt envers le projet. N’hésites pas à nous contacter si tu veux toi aussi contribuer!

Excellente soirée
Yann

Répondre
image-user

Jane

Votre site est vraiment génial, bravo à tous. Je l’ai découvert de bouche à oreille et maintenant mes yeux et mon esprit se régalent. Pour un premier poème on est pas déçu, on se demande bien ce que vous nous réservez pour la suite 🙂

Répondre