International Le 26 novembre 2012

Lettre ouverte

16
16
Lettre ouverte

Photo d’un tag de Banksy à Bethlehem en Palestine, mai 2012 © Andrea Gennai

« Dieu est toujours du côté de qui est persécuté. On peut trouver un cas où un juste persécute un juste, et Dieu est du côté du persécuté ; quand un méchant persécute un juste,  Dieu est du côté du persécuté ; quand un méchant persécute un méchant, Dieu est du côté du persécuté, et même quand un juste persécute un méchant, Dieu est du côté de qui est persécuté. »

Commentaire rabbinique ancien du Lévitique, 27, 5

 

Les derniers événements survenus à Gaza m’ont amené à exprimer mon sentiment sur un des plus vieux conflits existant, lequel suscite une indignation planétaire, où pro-israéliens et pro-palestiniens se renvoient systématiquement la responsabilité de la violence et de l’échec du processus de paix.

A titre personnel, je comprends mal l’argument qui consiste à mettre sur le même plan, la sécurité de l’Etat hébreu et le droit au peuple palestinien à disposer de lui-même. J’ai du mal à accepter la tendance qui s’est dessinée depuis des décennies, conditionnant l’existence d’un Etat palestinien à la sécurité de l’Etat israélien. « S’il est normal que l’on réagisse différemment au conflit palestinien selon que l’on se trouve dans le monde musulman, en Europe ou sur le continent américain, il faut pourtant réaffirmer qu’il est incompréhensible que les principes et les critères de jugement appliqués par l’Occident soient à géométrie variable »i face au conflit.

Plus largement, je pense que l’Occident doit faire l’effort de comprendre pourquoi ce sujet suscite tant de haine et de violences au Moyen-Orient. Le politologue américain John J. Mearsheimer  apporte un début de réponse en nous expliquant que l’approche militaire, même pour lutter contre le terrorisme, est une mauvaise option, car elle provoque la radicalisation des populations locales et empêche de regarder en face les conséquences de l’action politiqueii. Je suis persuadé qu’une solution viable pour les populations palestiniennes et israéliennes passe par une prise en compte des erreurs commises par le passé, prise de conscience qui me semble l’unique moyen de résoudre à terme le conflit. Toutefois, on peut légitimement se demander si une solution viable existe encore aujourd’hui. Gilles Paris, spécialiste de la question palestinienne pour le journal Le Monde, parlait récemment dans une interview de « la moins pire des solutions pour les deux camps »iii. Cette expression illustre parfaitement le désastre actuel et démontre la difficulté, voire l’impossibilité d’aboutir à une solution juste et durable. En d’autres termes, il est temps pour les parties au conflit de prendre leurs responsabilités afin que les populations puissent vivre décemment. Fatigué du deux poids deux mesures consistant systématiquement à imposer des concessions aux dirigeants palestiniens sans exercer de pressions sur Israël; j’ai décidé de prendre la plume pour démontrer que la position palestinienne a évolué tout au long de l’histoire par opposition à Israël qui semble camper sur ses positions et ses acquis.

 

Des étapes importantes marquent l’évolution de la position palestinienne. En effet, depuis la création de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP)iv en 1964, on peut constater rationnellement une évolution de l’attitude des dirigeants palestiniens à l’égard de l’Etat d’Israël. Elle est passée par le rejet de la partition de la Palestine avec comme objectif la destruction de l’Etat d’Israël, en faisant de la lutte armée son moyen d’action privilégiée, jusqu’à la reconnaissance officielle de l’existence d’Israël en 1993. L’acceptation de fait et de droit de l’Etat hébreu a été longue à se dessiner et d’autres étapes illustrent l’évolution de la pensée politique palestinienne. En 1974, l’OLP a accepté lors du 12ème Conseil National Palestinien (CNP), d’établir une autorité nationale indépendante sur une partie seulement des territoires revendiqués historiquement. Cette étape constitue un premier pas vers le consentement à voir un autre Etat exister à côté de la Palestine, même si la récupération du territoire de  toute la Palestine mandatairev reste l’objectif ultime de sa politique. Une marche supplémentaire vers la reconnaissance de l’Etat hébreu a été gravie en 1988 lors de la proclamation de l’indépendance de l’Etat palestinienvi basée sur la résolution 181 de l’ONU. Cette dernière, datant de 1947, appelait à l’instauration d’un Etat juif et d’un Etat arabe sur la Palestine mandatairevii, ce qui représente une reconnaissance de facto de l’Etat israélien. Ce long processus trouve son aboutissement avec la signature de la déclaration de principe de septembre 1993 à Washington entre Y. Arafat et Y. Rabin, représentant le premier volet des accords d’Oslo. Cette poignée de mains historique entre deux frères ennemis reconnaît le droit à Israël à vivre en paix et en sécurité.viii

A ce stade, il est pertinent de souligner que même le Hamas, depuis sa création en 1987, n’est pas resté figé dans une opposition inconditionnelle à Israël. En effet, cataloguer le mouvement de résistance islamique comme une simple organisation terroriste en vertu de sa charte fondatriceix semble réducteur. Le chercheur palestinien, Khaled Hroub a tenté de montrer l’évolution du mouvement, dans un ouvrage intitulé Le Hamasx, en s’appuyant sur trois textes-clés. Il analyse la plate-forme électorale du Hamas de l’automne 2005, son projet de « Programme de gouvernement d’union nationale »  de 2006 et la plate-forme gouvernementale de mars 2006. La lecture de ces derniers montre que par exemple, l’idée d’une entité autonome palestinienne établie à côté d’Israël émerge au sein des cadres du parti.

Une avancée politique est par conséquent visible du côté de la politique palestinienne. Bien qu’elle soit certainement critiquable et insuffisante à plusieurs égards, elle constitue néanmoins une réalité.

 

Du côté israélien, une évolution de sa politique semble moins évidente et je vais illustrer mon propos par le biais de quelques exemples. Les gouvernements successifs ont pris la fâcheuse habitude de diaboliser les dirigeants palestiniens en invoquant l’absence d’interlocuteurs valables pour la paix. Yasser Arafat, leader charismatique du Fatah, fût souvent considéré comme le principal obstaclexi. Il a endossé l’étiquette de terroriste jusqu’à sa mort, malgré l’évolution de sa pensée politique et de ses actes. Il semblerait que certains terroristes soient plus fréquentables que d’autres, puisque deux figures emblématiques de la droite israélienne, Menahem Begin et Itzhak Shamir, ont utilisé cette arme contre l’Empire colonial britannique. Bien que toute comparaison ait ses limites, elle peut être néanmoins révélatrice d’une approche à géométrie variable de la part de la communauté internationale. La condamnation des attentats perpétrés par l’OLP doit être catégorique, mais s’arrêter à la condamnation est insuffisant. Il faut comprendre le pourquoi et savoir aller plus loin dans la réflexion. En effet, peut-on véritablement combattre le terrorisme sans vouloir en expliquer les causes ?

Cette politique de diabolisation s’est notamment perpétuée lors du processus de Paix de Camp David en 2000 et d’Annapolis en 2008. Les Premiers ministres en fonction, Ehud Barack et Ehud Olmert parlaient d’une « offre généreuse » non saisie par les Palestiniens. Pourtant, les positions israéliennes sur les questions sensibles telles que la colonisation, le statut de Jérusalem, les réfugiés ou encore la problématique fondamentale de l’eau sont loin d’être modérées. En effet, l’Etat hébreu a entrepris la judaïsation de Jérusalem déclarée depuis 1980 « capitale éternelle, une et indivisible ». Il refuse d’être jugé en partie responsable du déplacement des réfugiés et tente d’imposer la réalité des colonies. Le résultat est sans appel, aucun accord n’a été trouvé mais l’OLP s’est retrouvée une nouvelle fois sur le banc des accusés. Aujourd’hui, plusieurs témoinsxii de l’époque relatent que ces offres étaient sans fondement réel et répondaient plus à une logique électoraliste. A travers les yeux de l’Occident, Israël a gagné la bataille médiatique. L’image véhiculée rend les palestiniens  responsables de l’échec.

Le  Hamas  a remporté les élections législatives de janvier 2006 à Gaza. Ces élections ont été d’une transparence à faire pâlir la droite française mais Israël a refusé de reconnaître le résultat des urnes. Motif invoqué ? On ne discute pas avec les terroristes. Israël refuse de négocier avec le Hamas, tant que ce dernier n’aura pas reconnu formellement l’existence de l’Etat hébreu et les accords d’Oslo, et mis un terme aux violences conformément au droit international. Personne n’exerce pour autant la moindre pression sur Israël pour qu’il mette en œuvre les quelques septante résolutions de l’ONUxiii qui ne sont toujours pas respectées.

 

En dernier lieu, je souhaiterais également répondre à ceux qui brandissent l’argument de la démocratie pour défendre Israël. En effet, être un Etat démocratique devrait excuser un bon nombre d’agissements de l’Etat hébreu selon l’argument « oui mais au moins c’est un pays démocratique ».

Ce pays utilise la détention administrative, lui permettant de maintenir toute personne sans jugement en prison pour des périodes de six mois renouvelables indéfiniment. Cette pratique a fait notamment l’objet d’un rapport d’Amnesty internationalxiv  démontrant les nombreuses violations des droits de l’homme dans les geôles israéliennes.

Cette « démocratie » colonise à grande échelle les territoires palestiniens depuis la guerre de 1967. Les implantations juives en territoires occupés sont jugées contraires au droit internationalxv qui les assimile à un crime de guerre selon l’article 8b viii du statut de la Cour Pénale Internationale (CPI)xvi. La création des coloniesxvii a pour seul but d’imposer un fait accompli illégal à toute la communauté internationale dans le cadre de toutes négociations de paix futures.

Au début des années 2000, « L’Etat juif » s’est mis à édifier un murxviii pour des considérations sécuritaires. Cette barrière de séparation, qui fragmente la Palestine en deux entités distinctes, ne suit même pas le tracé de la ligne verte (frontière de 1967), mais ampute grandement les territoires palestiniens de ressources hydrauliques et agricoles. De surcroît, toutes les justifications israéliennes légitimant la construction du mur ont été déboutées par un avis consultatif de la Cour Internationale de Justice (CIJ) en 2004xix.

Israël pratique les assassinats extrajudiciairesxx sur les leaders palestiniens. Le dernier en date étant l’assassinat d’Ahmed Jaabari, chef militaire du Hamas, qui selon un journaliste israélien n’était pas qu’un simple terroriste mais « un sous-traitant  en charge du maintien de la sécurité d’Israël dans la bande de Gaza (…). C’était pourtant la réalité durant ces cinq années et demie. Israël a exigé du Hamas qu’il observe la trêve du sud et la fasse appliquer par les nombreuses organisations armées dans la bande de Gaza. L’homme à qui avait été confiée cette tâche était Ahmed Jaabari »xxi. Peut-on véritablement penser que toutes ces pratiques sont de moindre portée puisqu’elles émanent d’un Etat démocratique ? Bien évidemment non! Ces pratiques, quand bien même répondraient-elles à des impératifs sécuritaires, ne sont pas pour autant excusables, même si l’on considère qu’Israël n’est qu’une démocratie qui se défend.

 

A travers cette lettre ouverte, j’ai voulu montrer que la politique israélienne,, à mon avis, n’a jamais eu la paix comme ligne directrice. Bien évidemment, cela ne signifie pas pour autant que les Palestiniens soient dénués de toute responsabilité. Cependant, je n’arrive pas à mettre sur le même plan le droit d’Israël à se défendre et le droit des Palestiniens à l’autodétermination. Je refuse avec la plus grande force l’argument mettant en avant le caractère démocratique de l’Etat israélien ainsi que celui d’une logique uniquement défensive.

A tous les défenseurs de l’Etat hébreu, n’oubliez pas l’histoire de sa constitution, ne confondez pas la légitime défense et les représailles massives, vous ne servez pas votre cause. En s’appuyant sur le cas du génocide rwandais, Alain Gresh, rédacteur en chef du monde diplomatique, rappelle que : « L’histoire nous a souvent appris que les victimes d’hier peuvent malheureusement devenir les bourreaux de demain»xxii. Pas d’amalgame trop hâtif, il ne s’agit pas de faire des Israéliens les bourreaux ni des Palestiniens les victimes mais d’inscrire la question palestinienne dans une réflexion plus globale qui a trait au concept de «  la justice des vainqueurs ». En effet, je pense qu’il est primordial pour toute réconciliation nationale de tenir compte des sentiments de chacun pour l’avenir de l’humanité et la résolution de conflits.


 

[i] GRESH, Alain, De quoi la Palestine est-elle le nom, Arles, Actes Sud, 2010, p.143

[ii] Imperial by design, Article du journal The National Interest par John J. Mearsheimer, 16 décembre 2010

[iii] Gaza : « Le gouvernement israélien va être mis à l’épreuve si l’offensive dure ». Article du journal Le Monde par Gilles Paris, 16 novembre 2012

[iv] L’OLP par Anne-Lucie Chaigne-Oudin sur le site : www.lesclesdumoyenorient.com

[v] La Palestine mandataire fait référence au territoire sous mandat britannique entre 1920 et 1947 qui recouvrait la Palestine et l’Etat d’Israël actuel.

[vi] BARON, Xavier, Les Palestiniens, Genèse d’une nation, Paris, Seuil, 2003, p. 769-775.

[vii] Plan de partage de la Palestine, résolution 181 de l’AG de l’ONU sur le site : www.un.org

[viii] Déclaration de principes israélo-palestinienne, 20 septembre 1993 sur le site: www.mfa.gov.il

[ix] Charte fondatrice du Hamas traduite par Jean-François Legrain sur le site : http://www.iremam.univ-provence.fr

[x] HROUB, Khaled, Le Hamas, Arles, Demopolis, 2008

[xi] GRESH, Alain, Vérités sur un conflit, Paris, Pluriel, 2010, CH7, Les accords d’Oslo du baptême aux funérailles

[xii] Clot, Ziyad, Il n’y aura pas d’Etat Palestinien, Paris, Max Milo, 2010 et  SWISHER, E Clayton, The Truth About Camp David, New York, Nations Books, 2004

[xiii] Résolution de l’ONU non respectées par Israël. Article du journal Le Monde diplomatique, février 2009

[xiv] Israel and the occupied Palestinian territories: starved of justice: Palestinians detained without trial by Israel sur le site: www.amnesty.org

[xv] Voir notamment la 4ème Conventions de Genève, la charte de l’ONU et les résolutions 1541 et 465

[xvi] Israël n’est que signataire du statut de Rome et refuse de le ratifier de peur d’être mis sur le banc des accusés pour sa colonisation.

[xvii] GRESH Alain, VIDAL Dominique, Les 100 clés du Proche-Orient, Paris, Hachette, 2006, p149-154

[xviii] Voir à ce sujet, le documentaire Le mur de la colère, disponible sur youtube

[xix] Conséquence juridique de l’édification d’un mur dans le territoire palestinien occupé, 9 juillet 2004 sur le site : www.icj-cij.org

[xx] Des assassinats ciblés ont été ordonnés depuis plus de trente ans par des dirigeants israéliens. Article du journal Le Monde par Stéphanie le Bars, 23 mars 2004.

[xxi] Israel killed its subcontractor in Gaza. Article du journal Haaretz par Aluf Ben, 18 novembre 2012.

[xxii] GRESH, Alain, Vérités sur un conflit, Paris, Pluriel, 2010, p.25

 

Commentaires

image-user

Andrea

Quentin, désolé pour la non réponse mais malheureusement je n'ai pas vu ton commentaire auparavant. Je te…

Lire la suite
image-user

Sara de Maio

Il ne se force pas, les Palestiniens ont aussi une part de responsabilité, que tu le veuilles ou pas Meeaad...

Lire la suite
image-user

Sara de Maio

Excellent commentaire Quentin, je suis impressionnée par ta rigueur dans les faits et ta lucidité! Ca donne envie de te…

Lire la suite

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Jet d'Encre vous prie d'inscrire vos commentaires dans un esprit de dialogue et les limites du respect de chacun. Merci.

image-user

Andrea

Quentin, désolé pour la non réponse mais malheureusement je n’ai pas vu ton commentaire auparavant.

Je te serai gré de mieux argumenter concernant mes erreurs factuelles et argumentées car tu ne montres absolument rien. Je suis vraiment curieux de voir comment tu vas me montrer que les positions de l’OLP face à la reconnaissance d’Israël sont modifiées sous prétexte d’un accord de réconciliation avec le Hamas

Que cet accord ne soit pas bénéfique pour la paix est une chose et c’est ton point de vue mais qu’il modifie la politique de l’OLP en est une autre. Ensuite ta preuve intervient 2 ans après la publication de mon article donc c’est un argument sans fondement

En sus, il faux être complètement malhonnête pour venir me dire que je défend le Hamas. Je t’invite à bien relire mon propos pour qu’on puisse en débattre car tu tiens des propos qui ne sont absolument pas les mieux

« il y a de nom­breux détails qui vous échappent ou pour les­quelles vous ne don­nez aucun impor­tance alors que leur mini­mi­sa­tions prouvent que le peuple pales­ti­nien n’est per­sé­cuté que de lui même. »

Premièrement, il serait agréable de venir prouver tes dirs avec des arguments afin d’éclairer mon ignorance.

1) Qu’est ce que je minimise?
2) Qu’est ce qui n’est pas important dans mon propos?

Pour terminer, si tu oses affirmer que le peuple palestinien est persécuté que par lui-même depuis le début et qu’Israël n’est en rien responsable dans ce qu’il arrive

C’est excuse moi du terme mais d’une débilité profonde, d’une méconnaissance totale de l’histoire, d’une partialité totale. Je t’invite donc à mieux te renseigner au niveau de l’histoire afin de voir qu’Israël est également responsable

« La suppression du terrorisme dans les territoires palestiniens »
On est tout d’accord merci mais on ne sera pas d’accord avec les moyens.

Je te réinvite à ouvrir quelques bouquins d’histoire pour voir que la force n’a jamais permis d’éradiquer les pensées extrémistes, ni d’imposer la démocratie ni de résoudre ce conflit

Si tu veux un peu d’histoire, je te rappelle que la charte constitutive de l’OLP a pu être modifiée suite à l’ouverture d’un dialogue. Alors oui je pense que le dialogue peu permettre une évolution du mouvement hamas que je souhaite si jamais tu ne l’avais pas compris. Aujourd’hui, bon nombre de chercheurs pensent que la révolution syrienne s’est radicalisée suite à non l’ouverture d’un véritable dialogue

En dernier lieu, je te conseil de mieux te renseigner sur les manières de lutter contre le terrorisme. Si tu ne cherches pas à comprendre pourquoi cette pratique existe et pourquoi certain mouvement l’utilise et bien tu continueras à être ignorant sur le conflit et tout simplement sur le fonctionnement du monde.

« Car l’Histoire nous montre qu’à chaque main ten­due aux pales­ti­niens celle ci doit se faire reti­rer avant d’être tran­chée »

Es-tu entrain de traiter le Palestinien (mais reconnaît-tu le Palestinien déjà? dans le sens que les Palestiniens sont-ils bien un peuple?) de fourbe qui tend la main uniquement pour mieux arnaquer son interlocuteur?

C’est presque raciste ça

Les gens comme toi me fatigue à lire beaucoup mais à pas savoir bien le faire.

Pour l’article sur les pouvoirs arabes, je t’invite à le faire sans soucis, je me ferai un joie de souligner tes erreurs factuelles et historiques 😉

Répondre
image-user

chente fou

trés bon article viva la paix!!!

Répondre
image-user

Quentin

Je peux apprécier ce texte d’une façon, mais je me permet de préciser qu’il y a de lourde erreurs factuelles et historiques. Pour simple exemple de la reconnaissance de l’état d’Israël par l’OlP, il est faux de croire que cette vision a continué après la mort d’Arafat. Pour simple preuve : Le rapprochement du Fatah et du Hamas ces derniers temps (rapprochement certes foireux, mais qui a complètement détruit la position avancée par le Fatah et sa légitimité à convaincre les nations pour un futur accord de paix, et surtout à convaincre son interlocuteur).
Et puis défendre des terroristes du hamas, sous prétexte qu’ils étaient chargé de s’occuper d’empêcher des attaques contre Israël c’est particulièrement sordide quand on sait que ce terroriste n’a pas réussi à empêcher à des milliers de roquettes d’être tirée contre des civils israéliens. Encore une fois, malgré une bonne intention et des bases qui pourraient rapprocher tout le monde, il y a de nombreux détails qui vous échappent ou pour lesquelles vous ne donnez aucun importance alors que leur minimisations prouvent que le peuple palestinien n’est persécuté que de lui même. Je pense qu’au contraire il est nécessaire d’encourager à la suppression de tout terrorisme dans les territoires palestiniens, ceci par la force et par des pressions politiques et diplomatiques, afin d’aboutir à des accords de paix viable. Car l’Histoire nous montre qu’à chaque main tendue aux palestiniens celle ci doit se faire retirer avant d’être tranchée. Méfiance donc. Soutenons les palestiniens dans leur lutte contre leur terrorisme, c’est le seul moyen d’aboutir à une solution.

Je précise par ailleurs qu’il serait intéressant d’écrire un article sur l’attitude des voisins arabes des palestiniens, parce que de mon point de vue je ne vois pas beaucoup de soutient jordanien ou egyptien, tout au contraire, l’Egypte lutte plus qu’Israël contre les terroristes du Hamas et n’hésite pas à faire des opérations militaire de grande envergure, dont personne ne parle évidemment. Faudrait pas admettre que des arabes s’en prennent à des terroristes palestiniens, ca ferait tâche 😉

Répondre
image-user

Sara de Maio

Excellent commentaire Quentin, je suis impressionnée par ta rigueur dans les faits et ta lucidité! Ca donne envie de te lire plus, je vais voir tes articles.

Répondre
image-user

Meeaad

Excellent texte de fou, c’est juste dommage qu’à la fin tu te force à donner une part de responsabilité aux palestiniens ce n’est pas être objectif que de le dire, car sinon dans ce cas quand on parle de la Seconde Guerre Mondiale il faut aussi ajouter que les Juifs déportés à Auschwitz ont une part de responsabilité dans ce qu’ils ont subis, mais je ne le pense pas, en tout cas pas ceux qui ont été déporté, regarder Louis Farrakhan pour nous éclairé : http://www.youtube.com/watch?v=eCfPCrDwYaY

Répondre
image-user

Sara de Maio

Il ne se force pas, les Palestiniens ont aussi une part de responsabilité, que tu le veuilles ou pas Meeaad…

Répondre
image-user

Andrea

Salut Flo, je suis entièrement d’accord! Un des but de cette « lettre ouverte » est justement la confrontation de points de vues sur la question. Comme Victor l’a dit, le tout est de resté dans les limites du respect de chacun alors si tu connais une personne prête à faire ce travail ou toi-même c’est avec grand plaisir 🙂

Répondre
image-user

Sara de Maio

Malgré ce que je me suis ramassée dans la tronche je vois que mes articles ont été les bienvenus et attendus depuis un moment en voyant ces articles qui datent de 2012… x)

Répondre
image-user

Victor Santos Rodriguez

Salut Flo,

Je te remercie pour ton message.

Je partage entièrement ton avis. A titre personnel, rien ne me ferait plus plaisir qu’une confrontation de vues – sur le plan des idées – à propos de cette thématique.

Jet d’Encre est une tribune libre qui se veut plurielle, si bien que tout le monde est invité à s’exprimer, du moment que la contribution est le reflet d’un travail sérieux et reste dans les limites du respect de chacun.

Ce n’est que par le débat public sain que nous pourrons tous avancer dans la bonne direction, en l’occurrence ici celle de la paix.

Bien à toi,
Victor SR.

Répondre
image-user

Flo

Salut !

J’ai beaucoup aimé le texte, c’est très bien écrit et surtout les sources apportent de la crédibilité, bravo ! Mais je me demande s’il serait possible à un moment (c’est déjà fait ?) de donner la parole à une personne ayant une position opposée à celle-ci pour connaître, avec un texte du même cachet, l’autre face du problème ?

Parce que j’avoue que ma connaissance du sujet est plus que limitée et je ne voudrais pas me faire une opinion unilatérale comme on dit par chez vous 😉 !

Salutations !

Répondre
image-user

Amir

Et pour approfondir le sujet – il est vrai complexe –

– Israël, parlons-en ! — Michel Col­lon
http://www.amazon.fr/Isra%C3%ABl-parlons-en-Michel-Collon/dp/2870035675/ref=pd_sim_b_7

– La Para­bole d’Esther : Ana­to­mie du Peuple Élu — Gilad Atz­mon
http://www.amazon.fr/La-Parabole-dEsther-Anatomie-Peuple/dp/2917112190/ref=pd_sim_b_3

– L’industrie de l’Holocauste : réflexions sur l’exploitation de la souf­france des juifs — Nor­man Fin­kel­stein
http://www.amazon.fr/Lindustrie-lHolocauste-r%C3%A9flexions-lexploitation-souffrance/dp/2913372104/ref=pd_sim_b_1

– Le prin­temps des Saya­nim — Jacob Cohen
http://www.kontrekulture.com/produit/le-printemps-des-sayanim

– Le lobby pro-israélien et la poli­tique étran­gère amé­ri­caine — John J. Mear­shei­mer et Ste­phen Walt
http://www.amazon.fr/lobby-pro-isra%C3%A9lien-politique-%C3%A9trang%C3%A8re-am%C3%A9ricaine/dp/2707157015/ref=pd_sim_b_7

– Com­ment le peuple juif fut inventé — Shlomo Sand
http://www.amazon.fr/Comment-peuple-juif-fut-invent%C3%A9/dp/2081228823/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1352743959&sr=8–1

– Com­ment la terre d’Israël fut inven­tée : De la Terre sainte à la mère patrie — Shlomo Sand
http://www.amazon.fr/Comment-terre-dIsra%C3%ABl-fut-invent%C3%A9e/dp/2081278464/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1352743959&sr=8–2

– His­toire Juive – Reli­gion Juive : Le poids de trois mil­lé­naires — Israël Sha­hak
http://www.kontrekulture.com/produit/histoire-juive-religion-juive-le-poids-de-trois-mill%C3%A9naires

– L’Antisémitisme, son histoire et ses causes – Bernard Lazare
http://www.kontrekulture.com/produit/lantis%C3%A9mitisme-son-histoire-et-ses-causes

– Le monde contre soi : Anthologie des propos contre les Juifs, le judaïsme et le sionisme – Paul-Eric Blan­rue
http://www.amazon.fr/Le-monde-contre-soi-Anthologie/dp/2846281793/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1353966642&sr=8-2

– Sar­kozy, Israël et les juifs — Paul-Eric Blan­rue
http://www.amazon.fr/Sarkozy-Isra%C3%ABl-juifs-Paul-%C3%89ric-Blanrue/dp/291993712X/ref=sr_1_sc_1?ie=UTF8&qid=1351705360&sr=8–1-spell

– La marche irré­sis­tible du nou­vel ordre mon­dial — Pierre Hil­lard
http://www.amazon.fr/marche-irr%C3%A9sistible-nouvel-ordre-mondial/dp/2755401990/ref=sr_1_2?ie=UTF8&qid=1352744023&sr=8–2

– L’effroyable impos­ture : Tome 2, Mani­pu­la­tions et dés­in­for­ma­tions — Thierry Meys­san
http://www.amazon.fr/Leffroyable-imposture-Tome-Manipulations-d%C3%A9sinformations/dp/2753802394/ref=pd_sim_b_44

– Les intel­lec­tuels faus­saires : Le triomphe média­tique des experts en men­songe — Pas­cal Boni­face
http://www.amazon.fr/Les-intellectuels-faussaires-triomphe-m%C3%A9diatique/dp/2266223550/ref=pd_sim_b_47

Répondre
image-user

Sara de Maio

Super tous ces références, merci!

Répondre
image-user

Andrea

Merci pour vos commentaires, n’hésitez pas à également à faire couler votre encore, Jet d’encre à besoin de chacun d’entre vous pour vivre!!!

Répondre
image-user

Amir

Chapeau bas! Casquette au plancher!

Répondre
image-user

Sarah

Bravo pour ton texte Andrea…

Répondre
image-user

MK

Très belle lettre!

Je signe aux côtés de l’auteur et espère que sa sagesse atteindra et fera réfléchir ses destinataires…

Répondre