Jet d'ancre sur Le 27 mai 2013

Pourquoi un iceberg à l’Université de Genève ?

0
0
Pourquoi un iceberg à l’Université de Genève ?

© Eva Hirschi

Si d’aucuns ont vu dans le hall de Uni Mail à Genève un sumo, un chamalo, du coton, un pop-corn ou encore un nuage géant, d’autres y ont vu un iceberg… Il est en tout cas sûr que le bâtiment était bien animé pendant cette semaine. Voici un petit article pour revenir sur cette campagne teasing imaginée et organisée par un groupe de six étudiants du Master en Communication et Médias afin d’attirer l’attention des étudiants sur la fonte des glaces, le réchauffement global de la planète mais aussi l’expédition PlanetSolar Deepwater.

 

Un objet blanc de sept mètres de haut dans le hall de l’Université, une affiche très épurée avec le titre « Que fait un iceberg à Uni Mail ? » et un QR code : notre but était d’attirer « visuellement » les étudiants sur notre campagne de communication, organisée dans le cadre du projet PlanetSolar DeepWater. Pour accentuer le côté énigmatique, nous avons choisi de donner très peu d’explications et donc de susciter la curiosité des étudiants pour qu’ils « passent à l’acte » et scannent le QR code pour en savoir plus. En effet, ce QR code renvoyait alors à un court blog qui expliquait l’exposition de l’iceberg dans le hall.

Pourquoi un iceberg?

iceberg_bateau_planetsolar

Difficile de trouver un objet assez grand qui puisse parler de l’expédition PlanetSolar Deepwater sans en dire trop. Nous avons donc choisi de nous concentrer sur la nature écologique du projet en faisant une allusion à la fonte des calottes glaciaires. En effet, ce phénomène résulte directement du réchauffement de notre planète et perturbe fortement l’environnement. De plus, c’est une image assez forte dans l’esprit des gens, le message serait – on espérait – assez vite perçu. Il nous a donc fallu commander et faire réaliser cet iceberg sur mesure par une entreprise zurichoise. L’iceberg était en fait une grosse bouée remplie d’air. Pour symboliser la fonte des glaces, nous avons changé sa taille plusieurs fois dans la semaine. Certains étudiants ont d’ailleurs trouvé plus amusant de nous voir entrer et sortir de cet iceberg que l’exposition en elle-même. Enfin, nous avons décidé de réaliser des « micros-trottoirs » pour sonder les avis et impressions des étudiants pendant la campagne. Nous avons utilisé ces prises dans une courte vidéo publiée sur Youtube:

Qu’est-ce que l’expédition PlanetSolar ?

Cette campagne teasing nous a aussi fait réaliser que peu d’étudiants connaissaient l’expédition PlanetSolar DeepWater, bien que notre université joue un rôle important dans ce projet. Le MS Tûranor PlanetSolar est ce bateau célèbre qui a fait le tour du monde entre 2010 et 2012 en ne fonctionnant qu’avec l’énergie solaire. En mars 2013, ce bateau a repris le large pour une aventure cette fois scientifique : en effet, le projet DeepWater vise à récolter des mesures physiques et biologiques uniques le long du Gulf Stream. Cette expédition s’intéresse, entre autres, à la fonte des glaces car d’après les scientifiques, ce phénomène serait même capable de provoquer à son tour de nouvelles perturbations climatiques.

Ainsi, dans l’Atlantique Nord, les eaux de surface, devenues moins salées et moins denses, car diluées par l’eau douce de fonte des glaces, plongeraient moins facilement dans les abysses océaniques, déstabilisant l’ensemble de la circulation océanique mondiale et entraînant sur l’Europe du Nord une diminution de l’apport de chaleur par la branche nord du Gulf Stream. Pour ceux que ça intéresse, les chercheurs et l’équipe d’organisation fêteront le début de l’expédition en compagnie du public à Uni Mail le 6 juin pour un «apéro glaçon» autour de l’iceberg, une présentation du projet et une conférence Skype avec l’équipage.

La collaboration PlanetSolar et Unige

iceberg_equipe

(c) Eva Hirschi

L’université de Genève joue un rôle primordial dans cette expédition car des scientifiques de l’Unige seront présents sur le bateau pour prendre des mesures qui seront ensuite transmises à d’autres chercheurs de l’université qui étudieront en détail les processus océaniques impliqués dans la régulation climatique. En parallèle, de nombreuses activités éducatives et ludiques sur le changement climatique sont organisées par l’université pour sensibiliser le grand public à ces questions environnementales.

Dans ce contexte, six étudiants du Master en Communication et Médias ont eu l’opportunité de contribuer à la communication du projet. Notre travail consiste à analyser l’utilisation des réseaux sociaux dédiés au projet, à proposer des concepts événementiels et des campagnes teasing destinés à promouvoir les activités auprès des différents publics, mais aussi à développer des contenus multimédias. Une partie de notre travail se trouve sur le site de PlanetSolar DeepWater sous la rubrique Etudiants-reporters.

Laisser un commentaire

Soyez le premier à laisser un commentaire

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Jet d'Encre vous prie d'inscrire vos commentaires dans un esprit de dialogue et les limites du respect de chacun. Merci.