Société Le 25 février 2014

Réponse à Nicolas Tavaglione

17
17
Réponse à Nicolas Tavaglione

© meltycampus.fr

Il y a quelques jours, alors que la polémique autour du « cas Dieudonné » faisait rage, un article paru sur Jet d’Encre écrit par Nicolas Tavaglione, intitulé « Antisystème ? », a suscité de nombreuses réactions. Meeaad Moradi Talebi a alors demandé un droit de réponse. Afin de faire vivre le débat public et promouvoir le pluralisme qui est au cœur de sa démarche, Jet d’Encre accueille aujourd’hui sa contribution.


 

Après avoir été informé de la publication d’un article à propos de la quenelle de Dieudonné sur Jetdencre.ch, je me suis précipité sur ce site pour lire cet article que j’espérais à contre-courant de la vindicte médiatique française. Quelle ne fut pas ma déception. Un article sans nuance, désignant Dieudonné comme un complotiste suivi par une bande d’arriérés appliquant à tout événement quelconque une intention cachée. Je voudrais répondre ici à l’article de Nicolas Tavaglione, en clarifiant le geste de Dieudonné et en démontrant que ce que l’humoriste dénonce et ce dont il parle, ce sont des faits, et non des croyances ou de concepts idéologiques.

La quenelle de Dieudonné est effectivement le symbole d’un « fistfucking ». Un geste humoristique qui n’a pas une prétention intellectuelle. Qualifier ce geste de « con », c’est en réalité rendre hommage à une forme d’humour que nous pratiquons tous, l’humour bête (et parfois méchant). La quenelle dérange notamment Elisabeth Lévy, non parce qu’elle est un bras d’honneur, mais parce que ceux qui la « pratiquent » sont des fans de Dieudonné1. Ces fans sont entre autres des défenseurs de la liberté d’expression, des critiques de l’État colonial d’Israël, mais aussi des opposants au pouvoir des associations communautaires. Ces trois points sont défendus par tous les fans de Dieudonné, bien qu’ils ne soient pas tous issus des mêmes catégories sociales ou culturelles, qu’ils soient juifs ou athées, qu’ils soient d’extrême-droite ou d’extrême-gauche. Le geste de la quenelle s’est exporté dans tous les pays de la francophonie et pas uniquement en France, contrairement à ce que rapporte l’article de N.Tavaglione. La seule différence est qu’en Suisse, le contexte culturel et politique n’est pas le même qu’en France, car le poids des associations communautaires et le sentiment de culpabilité vis-à-vis de la Seconde Guerre mondiale est moins fort. Cela n’a tout de même pas empêché deux pompiers de Genève d’être mis à pied pour avoir fait une quenelle, tout cela sous le commandement d’associations communautaires délatrices et ostracisantes2 3. On empêche à des gens de sauver des vies pour la défense d’une idéologie et ça ne choque personne.

Être d’accord avec Elisabeth Lévy sur le geste de Dieudonné, c’est avant tout défendre la censure à propos des critiques vis-à-vis d’Israël et de leurs défenseurs. Dire que Mme Lévy assène des « banalités de droite », c’est soit être malhonnête, soit être soi-même d’une droite encore plus dure. Mme Lévy défend la déportation de millions de Palestiniens de leurs terres. Elle défend l’état d’apartheid israélien et donc l’exclusivité de la Palestine pour les Juifs. Elle défend l’appartenance d’une terre à un peuple par l’unique fait qu’un certain sang coule dans ses veines4. Comment ne pas rapprocher cette idéologie de l’idéologie nazie, de race supérieure et de territoire naturel ? Être d’accord avec Elisabeth Lévy, c’est être d’accord avec une personne qui défend un régime colonial pratiquant sur un peuple ce que le régime nazi pratiquait sur les ancêtres de Mme Lévy. Norman G. Finkelstein, professeur juif qui a notamment écrit L’Industrie de l’Holocauste5, l’a maintes fois démontré6 se voyant traité d’antisémite7 pour cela, bien que son père et sa mère aient été déportés pendant la guerre8 ! N’est-ce pas d’une grande insolence ?

Dire que la quenelle est un geste nazi est une énième tentative des médias français pour mettre Dieudonné au ban de la société en le qualifiant d’antisémite. L’antisémitisme est devenu l’arme ultime des garants de la bien-pensance pour empêcher et rendre honteuse toute critique construite de l’État d’Israël et de ses sbires. Par contre, rien n’est plus vrai que de dire « c’est un salut nazi inversé ». Les journalistes, croyant stigmatiser Dieudonné en qualifiant son geste de « salut nazi inversé », lui rendent en réalité service, puisque justement son combat se focalise particulièrement sur la critique de l’idéologie qui se rapproche le plus du nazisme aujourd’hui : le sionisme. La quenelle n’est pas un simple bras d’honneur, c’est l’aboutissement d’un combat contre la presse pro-israélienne, contre le pouvoir mensonger qu’elle justifie, contre le liberticide, tout ceci dans le contexte d’un pays en crise économique et sociale : la France.

Le problème dans l’article de N.Tavaglione, c’est qu’après le premier paragraphe, on sort du tangible pour passer à l’abstraction totale, à la théorisation. N.Tavaglione nous décrit le monde tel qu’il devrait être dans l’idéal des politologues : un monde chaotique d’intérêts divergents entre personnes, entre groupes, entre entreprises, entre états, etc. Malheureusement, cette belle théorie est mise à mal chaque jour où nous voyons une connivence entre des personnes à intérêts apparemment divergents. Le monde politique et médiatique français est une des manifestations les plus formidables de cette connivence entre groupes d’intérêts apparemment divergents. Quand pratiquement tous les journaux nationaux français sont partagés entre quelques groupes d’intérêts communs, on est en droit de remettre en cause leur indépendance et de se demander pourquoi ces journaux, se déclarant de droite ou de gauche, développent des lignes éditoriales quasi similaires. La réponse est claire, l’intérêt commun pour ces journaux est de favoriser des guerres, de créer des tensions sociales et de favoriser l’austérité en faveur du pouvoir de la dette.

Tout cela va dans le sens des intérêts des possesseurs de ces journaux. Le Figaro appartient à Dassault, trafiquant d’armes et sénateur, Libération appartient à Rotschild, famille ayant financé Hitler tout en étant philanthrope (et milliardaires comme tous « bons » philanthropes9) avec l’apport d’un autre grand philanthrope et fauteur de guerre que tout le monde connaît : Bernard-Henry Lévy. Pour sa part, Le Monde, quant à lui, a récemment vu un de ses journalistes, Hervé Kempf, démissionner à cause de la censure qu’il subissait10. Celui-ci travaillait sur l’opposition à un projet de construction d’un aéroport au nord de Nantes. Il n’est pas étonnant qu’il ait été censuré, car une part du Monde appartient à Lagardère qui lui-même possède EADS, entreprise d’aéronautique11. La même chose peut être faite avec les politiciens français et leur parcours avant l’obtention de leur poste. Roselyne Bachelot a travaillé pour l’industrie pharmaceutique pendant vingt ans et avant d’être nommée Ministre de la Santé en 2007. Elle va agiter le spectre de la pandémie H1N1 en 2009 et va permettre à son ancien employeur, Astra Zaneca de gagner des milliards12. Nicolas Sarkozy, ami des trafiquants d’armes et marchands de journaux cités plus haut, a déclenché une guerre coloniale en Lybie, sous les instructions de Bernard-Henry Lévy, et a déstabilisé par là même une partie du continent africain. Tout ceci dans l’intérêt d’Israël13 dont les armes sont en possession des djihadistes. Mais le pire reste pour moi Georges Pompidou, qui fut directeur général de la banque Rothschild, puis instigateur de la loi Pompidou-Rothschild pendant sa présidence qui a condamné la France à l’endettement éternel14.

Il est regrettable de voir réduire le combat que mène Dieudonné à un combat délirant contre un prétendu « Grand Marionnettiste ». Pour un maître de conférence en sciences politiques, il est d’une grande malhonnêteté de nier les évidentes connivences entre les médias et le pouvoir et entre le pouvoir politique et ceux qui détiennent le pouvoir économique en France. Les soutiens de Dieudonné voient en la vindicte qu’il subit une connivence entre les plus hautes instances de la presse, des médias et des politiques. Comment nier ce fait évident surtout pour un politologue ? C’est du conspirationnisme à l’envers, qui tend à nous faire croire que derrière Dieudonné se cache un discours délirant où le monde serait sous le contrôle d’un « Grand Marionnettiste ». Il suffit de voir un seul de ses spectacles pour voir que ce dont parle Dieudonné, ce sont des faits et non une idéologie ou un délire15.

Pour finir N.Tavaglione fait un plaidoyer contre ceux qui pratiquent la « quenellisation », en reprochant par exemple à Anelka de ne pas être pauvre et de passer à la télé ! Il serait « aux sommets de la société du spectacle », alors qu’il est un joueur parmi des centaines d’autres qui gagne grassement sa vie et qui a usé de sa notoriété pour faire passer le message de Dieudonné. Ce ne seraient pas des journalistes qui auraient ce courage d’utiliser leur tribune pour faire passer un message de paix, eux qui sont les véritables agents de la société du spectacle ! D’ailleurs, les menaces ont fusé à l’encontre d’Anelka sur sa quenelle. Malheureusement pour les ennemis de la liberté d’expression, Anelka est un joueur de talent dont son équipe ne peut se passer. À la différence du show-business où ce sont les réseaux qui comptent, dans le sport c’est le talent qui est Roi. La preuve en est du maintien d’Anelka dans l’équipe de West Bromwich Albion16 malgré l’abandon d’un sponsor de l’équipe17.

J’appelle donc tous les journalistes à se taire sur des sujets qui les dépassent et j’invite tous les « intellectuels » enfermés dans leurs livres, au sommet de leur tour d’ivoire de la science, à descendre dans la rue, à sortir de leur caverne théorique pour rentrer dans le « vrai » monde. Ce que vous voyez n’est que l’ombre de ce qui se reflète à l’extérieur de la caverne. Réveillez-vous et arrêtez de nous endormir avec vos théories pseudo-scientifiques et idéologisantes.

 


1.Interview de Elisabeth Lévy sur Dieudonné http://www.atlantico.fr/decryptage/elisabeth-levy-dieudonne-produit-cette-rhetorique-ressentiment-qui-infuse-idee-que-riches-sont-haissables-et-qu-salauds-derriere-948499.html

2. Dénonciation des pompiers genevois par jssnewshttp://jssnews.com/2013/12/04/chasse-aux-nazillons-salut-nazi-inverse-chez-les-pompiers-de-geneve/

4. Débat entre Elisabeth Lévy et Dieudonné http://www.dailymotion.com/video/x99v4x_dieudonne-vs-elisabeth-levy-1-4_news

5. Livre L’industrie de l’Holocauste http://www.lafabrique.fr/catalogue.php?idArt=50

6. Reportage photos par Norman G. Finkelstein http://www.veteranstoday.com/2009/01/18/holocaust-nazi-s-vs-israeli-s-by-norman-g-finkelstein/

7. Article sur Finkelstein http://www.info-palestine.net/article.php3?id_article=7459

8. Réponse à une question dans une conférence où il déclare que ces deux parents ont été déportés https://www.youtube.com/watch?v=MuqJ6ISvj7M

9.  Article sur les philanthropes milliardaires les plus célèbres : les Gates http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/bill-gates-philanthrope-oui-mais-19525

10. Article de Hervé Kempf concernant sa démission http://www.reporterre.net/spip.php?article4586

11. Articles sur l’appartenance des médias http://tempsreel.nouvelobs.com/medias-pouvoirs/20070124.OBS8585/qui-possede-quoi.html et http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/qui-possede-les-medias-72443

12. http://www.plumedepresse.net/roselyne-bachelot-symbole-de-lirresponsabilite-politique-sarkozyste/ et http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/09/24/roselyne-bachelot-a-passe-20-ans-au-service-de-l-industrie-p.html

13. Stratège juif israélien sur le printemps arabe http://www.voltairenet.org/article179915.html

14. http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/dette-publique-et-loi-rothschild-104163

15. Extrait où il parle d’une chose vraiment grave : le cancer https://www.youtube.com/watch?v=AlqBDfDb15o

16. http://www.20minutes.fr/sport/1276471-quenelle-le-sponsor-de-west-bromwich-albion-ne-veut-pas-son-nom-sur-le-maillot-de-nicolas-anelka

17. http://www.metronews.fr/sport/la-quenelle-d-anelka-fait-fuir-zoopla-le-sponsor-principal-de-son-club-west-bromwich-albion/mnat!DRgDEPL1YtbLg/

Commentaires

image-user

Nicolas

Bonjour Meeaad. Concernant la loi Pompidou et le "fameux endettement éternel", voici l'extrait d'un petit article contradictoire…

Lire la suite
image-user

Meeaad

Ce que dénonce précisément Dieudonné, c'est la concurrence des souffrances et le fait qu'une souffrance prédomine les autres dans les…

Lire la suite
image-user

Step out

Bon Meeaad, vu qu'on voit que t'as envie d'en démordre, je me permets de faire du Dieudonné: je te laisse…

Lire la suite

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Jet d'Encre vous prie d'inscrire vos commentaires dans un esprit de dialogue et les limites du respect de chacun. Merci.

image-user

Nicolas

Bonjour Meeaad.

Concernant la loi Pompidou et le « fameux endettement éternel », voici l’extrait d’un petit article contradictoire qui me fait penser que l’on est jamais bien à l’abris d’un discours complotiste, quelque soit l’opinion exprimée.

 » Mais sur le plan économique, l’argumentation est la même : avant la loi de 1973, l’Etat pouvait se financer à des taux très faibles auprès de la Banque de France, depuis, il est devenu prisonnier des marchés financiers. Il suffirait donc d’en revenir au mode de financement ancien pour que les problèmes soient résolus et seule l’obstination de la BCE et des allemands nous empêcherait d’adopter cette solution de « bon sens ».

Le fait que la loi de 1973 ait été abrogée en 1994 ne conduit apparemment pas ces innombrables blogueurs et autres auteurs de tracts à se poser la moindre question. De plus, bien avant cette loi, les banques commerciales assuraient déjà la création d’une bonne partie de la monnaie.  »

Extrait de http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/12/29/la-loi-pompidou-giscard-rothschild-votee-en-1973-empecherait-l-etat-de-battre-monnaie_1623299_3232.html

Répondre
image-user

Step out

Cher Meead, je m’en contre fou de ne pas avoir été voir Dieudo depuis un moment (la der fût il y a une dizaine d’année à la salle centrale, je ne sais plus trop si c’est avant son malheureux sketch chez Fogiel ou après).
Telle la métaphore du juif errant, je participe au débat public, sur la base, non pas de la connaissance de ses spectacles, mais de son engagement politique hors scène.

Je suis pour la liberté d’expression, tant qu’elle ne me heurte pas – je n’irai par exemple pas soutenir une manif de sionistes qu’on aurait interdite au même titre que je n’irai pas à une manif de cathos réac, etc., par qu’ils risqueraient de heurter ma conception de la société qui repose, entre autre, sur le progrès social et l’amélioration des conditions de vie au sens large du termes des groupes ou individus en marge de la grande fête du capitalisme.

En clair, ce qui doit être impérativement l’objet d’une analyse c’est son engagement politique, s’il mobilise ses spectacles pour le faire, considérons ça comme une vulgaire assemblée générale de perdants de la mondialisation sous toute ses coutures (économique, culturelle, identitaire, etc.). Son engagement hors scène est plus problématique puisqu’il construit assez souvent son argumentaire sur des bases dialectiques en opposant un tel groupe contre un autre.

Pis en vrai mon cher Meead, mais tant mieux si la communauté juive a obtenu des dédommagements, car ça n’a pas d’importance dans l’analyse.

Répondre
image-user

Meeaad

Pour répondre à tes messages Step Out, tout d’abord considérer l’Holocauste comme crime des crimes est un point de vue tellement subjectif et européocentré qu’on se demande parfois si des crimes avant cette date en étaient bien ! Évidemment l’esclavage et ses dizaines de millions de morts et une bonne centaine de millions de déportés par bateau dans des conditions plus qu’inhumaine. Cette époque était également dans un contexte matériel/intellectuel favorable à son abolition (Montesquieu d’abord, puis les Lumières). Mais bon pour toi trois siècles d’esclavage ne valent rien face à 5 ans d’oppression hitlérienne !

« Je suis pour la liberté d’expression tant qu’elle ne me heurte pas » = « Je suis contre la liberté d’expression car elle risque de me heurter ». Au nom du progrès social que bien sûr les opposants à Dieudonné, au catholicisme, à l’Islam, etc. incarnent parfaitement, c’est ça ?!

Quand tu dis que le public de Dieudo représente « les perdants de la mondialisation » je comprends que je n’ai pas à faire à un adversaire sérieux. Franchement arrête de faire de la spéculation et va voir un spectacle un jour et tu verras des personnes de tous les milieux socioculturels, ethniques, etc. Genève quoi !

« il construit assez sou­vent son argu­men­taire sur des bases dia­lec­tiques en oppo­sant un tel groupe contre un autre. », ah bon ? Peux-tu me dire quel groupe il oppose à un autre ? Et son seul engagement politique aura été sa liste antisioniste composé également de juifs – ayant la haine d’eux-mêmes certainement – car son baptême de son fils par Le Pen n’est qu’un coup médiatique pas un engagement politique, précisément une quenelle pour les crédules !

Ce n’est pas la communauté juive en réalité qui a obtenu dédommagement, ce sont des associations communautaires qui ont fait de l’intérêt sur les morts de la guerre. Cela a son importance car tout le problème est là, pourquoi eux et pas les autres (Noirs, Vietnamiens, Japonais, Libyen, Afghan, Irakien, Serbe, Guatemaltais, Venezuelien, etc. etc.) ?

Dieudonné ne fait que mettre le doigt sur ces faits simples, la sacralisation de la Shoah et son élévation en souffrance des souffrances, crime des crimes comme tu as dit. Cette époque est révolue que tu le veuilles ou non.

Répondre
image-user

Step out

Bon Meeaad, vu qu’on voit que t’as envie d’en démordre, je me permets de faire du Dieudonné: je te laisse dans ton abrutea-party, dans ce règne du vide-ordure de la parole 2.0. Parce qu’en vrai, je vais te faire un dessin: la mise en concurrence de la souffrance entre noirs-arabes, victimes de l’esclavagisme vs les juifs, victimes de l’Holocauste, c’est pas cool, non non, tvoua! Je parlais de ces groupes là tvoua!

Pis la quenelle, elle pour toi, parce que la liberté d’expression, il s’en carre le derch dieoudo mon petit père, c’est pour le pognon qu’il l’active, et là la quenelle, elle est pour toi et pour tous les petits compères de ton genres qui brillent devant des assemblés de crédules qui sont prêts à bouffer de tout pour se donner un peu de sens à la vie.

Et arrêtons d’insulter Desproges (et de faire parler les morts en général). Desproges jouait sur le fil avec l’érudition de son public, Dieudonné surfe sur la bêtise ambiante en sautant à pieds joints dans la boue. Le problème de l’humour de Dieudonné n’est pas tant de quoi il traite, mais ce vers quoi il tend. Desproges faisait rire, Dieudonné fait du fric et ce dernier point a chez lui, toujours, précédé le premier. Si être antisémite rapporte, il sera antisémite. Bien que chez lui, on ne saisisse plus très bien ce qui répond de la conviction ou de l’intérêt.

Répondre
image-user

Meeaad

Ce que dénonce précisément Dieudonné, c’est la concurrence des souffrances et le fait qu’une souffrance prédomine les autres dans les mémoires européennes alors qu’elle n’est pas pire ou moins pire, elle est une souffrance parmi d’autres.

Je crois bien que Desproges vendait des livres et que ces spectacles n’étaient pas gratuits. Est-ce pour autant qu’on va l’accuser de faire de l’argent sur le fait qu’il joue avec les limites (s’il y en a) de l’humour et que ça attire des gens ? Est-ce que le but d’un humoriste est de faire rire et de remplir des salles ? Je crois que oui. « Des­proges jouait sur le fil avec l’érudition de son public » je voulais savoir si c’est parce que la majorité du public de feu Desproges était français que tu dis ça ? Parce qu’à ma connaissance ce n’est pas la France de la multiplicité qui allait voir ces spectacles. C’est une France qui n’avait pas honte de prononcer le mot nègre pour désigner un afro-descendant, celle que tu aimes visiblement.

Le complot Dieudonnien c’est de tout faire pour attirer du monde – et s’il attire du monde c’est qu’il est fasciste, car le peuple est un fasciste latent – tout ça dans le seul but de réouvrir (ou ouvrir) les chambres à gaz !

On s’en fout que toi ou mille ou 1 million de personnes le traitent d’antisémite, car ce chantage est terminé. Si dire que l’Etat juif est une colonie, si dire que le sionisme c’est pire que le nazisme, si soutenir Dieudonné c’est être antisémite, alors je serai fier d’en être un. Maintenant on peut discuter vingt ans pour donner notre avis, c’est une question d’interprétation. Tu veux croire qu’il est antisémite, vas-y mais sache dans ce cas qu’il y a beaucoup d’antisémites !

Répondre
image-user

Quentin

Faut s’abstenir de faire des articles réponses d’un niveau aussi faible, et puis le sujet est clôt depuis, les petits frustrés complotistes feraient mieux de retourner sur youtube plutôt que d’écrire des salades.

Répondre
image-user

Bilbo

Le débat est clos selon l’agenda médiatique, cependant la fracture de la liberté d’expression reste quand à elle ouverte..

Répondre
image-user

Meeaad

Les « coïncidentialistes » devraient retourner dans leurs bibliothèques et arrêter internet. J’aimerais aussi savoir qui décide de clore ou non un sujet ? Il me semble que nous avons tous pouvoir de décider nous-mêmes de notre agenda médiatique sans nous baser sur l’agenda de France 2 ou des autres…

Répondre
image-user

Meeaad

Tu n’as visiblement vu aucun spectacle de Dieudonné. C’est intéressant de voir que ceux qui disent de Dieudonné que c’est un obsédé de la question juive, sont eux des obsédés de la question juive. En grand nombre de communauté est passée sur la table de billard de Dieudonné, mais les seuls qui se plaignent, les éternels victimes, les intouchables sont visiblement la communauté juive ou certains de ces membres.

C’est vraiment Dieudonné, qui depuis vingt ans, a mis en concurrence les différentes souffrances ? Ou est-ce que c’est les associations communautaires juives qui ont dit que l’Holocauste est le crime des crimes ?! C’est encore le monde à l’envers ! Les associations juives ont obtenu des versements pécuniers (d’argent comptant) pour s’excuser de ce qu’ils ont subit. Qu’ont reçu les vietnamiens ? les descendants d’esclaves ? les indiens d’Amérique ? les aborigènes d’Australie ? Et même les habitants de Dresde ? Ou encore ceux de Hiroshima et Nagasaki ? Tu veux que je te dise, ils n’ont rien obtenu, c’est un fait et un moment unique dans l’histoire : on a dédommagé un perdant (alors pourquoi ne pas dédommager tous les perdants ?!)

Même Elisabeth Lévy est allé voir le spectacle de Dieudonné qu’elle a trouvé drôle (sûrement quand il imite l’Africain), elle en est sorti indemne. Pourtant elle est de la communauté qui obsèderait Dieudonné, la communauté juive. Elle en est sorti vivante, tu peux le faire toi aussi, un petit effort, 1h30 de ton temps pour comprendre vraiment Dieudonné (il est facilement trouvable sur Youtube).

Bref, j’espérais un commentaire plus « expérimenté » sur la question dieudonnienne, malheureusement (comme d’habitude) ils sont écrits par des ignorants totals de l’oeuvre de Dieudonné, c’est comme quand Freysinger parle d’Islam !

Répondre
image-user

Kush

Je les ai tous vus sauf le dernier. Je suis fan de l’artiste et c’est de la mauvaise foi que de dire qu’il ne fait pas une fixation sur les juifs.

En ce qui concerne le commentaire de Step, j’le trouve d’une qualité supérieur à ton article au passage. Sûrement mon ignorance…

Répondre
image-user

Andrea

Je n’ai personnellement pas vu ses spectacles et visiblement il fait une fixation sur les juifs dans son spectacle interdit « le mur ». Mais est ce que c’est véritablement le cas depuis le début de sa carrière? Ce qui me paraît intéressant c’est essayer de comprendre la pensée de Dieudonné sur l’ensemble de sa carrière afin de voir si il y a eu une véritable rupture pour tenter de l’expliquer. Je suis d’accord avec Meeaad, le problème de hiérarchie des souffrances n’est pas un concept inventé par Dieudonné, la problématique du deux poids de mesure non plus, les critiques faites à l’encontre des associations anti-racistes encore moins

Pour aller encore plus loin même, beaucoup d’intellectuels s’accordent à dire qu’il y a un problème de l’enseignement de l’histoire et particulièrement en France

Perso je pense qu’il faut dépassionné le débat Dieudo qui ne doit pas s’articuler en pro et contre. D’accord ou pas avec l’humoriste, il a le mérite de souligner des problèmes et des questions qui sont partagés par des personnes qui viennent de tous les bords de la société

Répondre
image-user

Damien

@l’auteur : je crois que vous avez tout dit dans le deuxième paragraphe : « Un geste…qui n’a pas une prétention intellectuelle ». « Une forme d’humour..l’humour bête ». Je pense que le problème n’est pas tant le message que veut véhiculer Dieudonné (d’où toute votre argumentation pour dénoncer le fameux « système ») que la forme qu’il lui donne. Il veut à tout prix passer pour l’intellectuel d’où l’ambigüité qui en résulte entre « je fais de l’humour / je suis un intellectuel ». Il suffit de voir le genre qu’il se donne dans ses vidéos Youtube pour comprendre qu’il « joue » à l’intello, celui qui se doit d’éveiller nos pauvres consciences naïves. Le problème c’est que c’est que, de mon point de vue, il n’a aucun talent d’écriture pour ça. Certes il incarne bien, c’est un bel artiste, mais il écrit mal au point de tomber dans l’humour populiste banal du quotidien. 38€ la soirée pour écouter les blagues de mon voisin ça fait cher le déplacement !

D’ailleurs, tous ceux qui pourraient le comparer à Desproges (dès qu’on fait de l’humour noir on se compare à lui), non rien compris. Lui, grâce à son formidable talent d’écriture, pouvait faire passer des messages avec beaucoup plus de force encore. Pour ceux qui n’en seraient pas convaincus je vous conseille d’écouter la performance de l’acteur Christian Gonon, sociétaire de la Comédie Française, qui a repris quelques sketches de Desporges, pour le 25e anniversaire de sa disparition : http://www.franceculture.fr/emission-fictions-droles-de-drames-la-seule-certitude-que-j-ai-c-est-d-etre-dans-le-doute-2014-02-22

@Andrea : oui Dieudonné a toujours été obnubilé par cette question. Preuve en est, cette émission des Guignols de Canal+ qui remonte à 2004 : http://www.buzzmoica.fr/video/guignols-de-l-info-19-fevrier-2004-41855

Répondre
image-user

Meeaad

A Damien : Ton argumentation n’a aucune consistance, comme tous les arguments qu’on dresse contre Dieudonné. Tu te bases sur tes impressions personnelles pour nous dire qu’il joue un double jeu entre intellectuel et humoriste, en attendant les faits parlent : il produit des spectacles et non des théories académiques ! « Il suf­fit de voir le genre qu’il se donne dans ses vidéos » on dirait les arguments de Caroline Fourest contre Tariq Ramadan, rien de concret, du psychologisme de bas étage.

Si tu trouves qu' »il écrit mal », tant mieux pour toi, moi je préfère le Gruyère que le Roquefort, en quoi est-ce utile pour le débat ? On voit quand tu parles d' »humour popu­liste » que le seul problème que tu as avec Dieudonné, c’est qu’il bouscule tes croyances idéologiques bien-pensantes et, comme dans une religion, les idéologisés ont foi en leur croyance !

Desproges est effectivement une référence de l’humour noir… dans les années 70… C’est drôle de voir qu’aujourd’hui les références subversives des gauchistes sont toujours des morts, c’est toujours moins risquer que d’en soutenir des vivants ! Tu es l’héritier des censeurs qui se sont dressés contre l’humour bête et méchant instigué par le Professeur Choron. Tu n’as rien compris de Desproges, de son époque, et encore moins de ton époque. La liberté d’expression a été bafoué à cause de toutes ses associations « anti-racistes » qui n’ont qu’une raison de vivre : chercher du racisme partout et exciter les tensions raciales (pour continuer à exister !) Il n’y a qu’à voir les sketches de Desproges qui peut dire « nègre » dans des phrases de son sketch sans que cela ne choque personne pour comprendre que notre époque est plus bien-pensante que la leur.

Répondre
image-user

Meeaad

PS : Et pour toi l’émission des guignols de l’info est une preuve ! Redescends sur Terre !

Répondre
image-user

Claire

Je suis Dieudonné depuis 10 ans, bien avant la polémique. Effectivement, il dit du mal des juifs, mais également des musulmans, des noirs, des blancs, des catho, des pédés, etc. Je peux vous affirmer sans problème que les blagues les plus virulentes vont à l’encontre des Noirs et des Chinois.

C’est parce que vous êtes obsédé par la religion de la Shoah que votre mémoire est sélective.

Répondre
image-user

Step out

L’Holocauste est le crime des crimes de part la violence et le cynisme de son exécution, à une époque où les conditions intellectuelles et matérielles auraient pu/dû empêcher pareil évènement. Au même titre que le génocide des tutsis.

Par ailleurs, je précise qu’il fait une fixette sur la communauté juive hors scène. Même s’il a beau débuter ses argumentaires sur la base d’une discussion à propos de la liberté d’expression et du droit d’exercer sa profession de comique, il conclue régulièrement sur la relation « médias-en-mains-des-juives-qui-ne-tolèrent-pas-que-l’on-je-ne-sais-plus-trop-quoi-d’ailleurs », bref une relation trop étroite à son goût entre groupe d’intérêt et médias.

Répondre
image-user

Step out

Ouais, bof bof la réponse, parce que vous omettez de dire que le groupe ciblé par Dieudo reste toujours l’éternel communauté judéo-sioniste.

Je m’explique, et à la vue de ses récentes sorties, il faudrait être paré d’un voile d’ignorance pour ne pas le déceler.

Dieudo opère une critique systématiquement orienté sur une communauté – en l’occurrence la communauté supposément « unie » des juifs sionistes internationalisée et fourrée là où il y a du fric et du pouvoir (or c’est oublié toute la diversité de cette communauté, tant sur ses orientations politiques, ses origines régionales, linguistiques, les conflits de classes hors d’Israel et à Israel, et j’en passe!) – et non pas sur les liens entre groupes d’intérêts (idustrie pharma, nucléaire, etc.) et pouvoir politique, ce que vous, Monsieur, avez l’honnêteté de faire.

Ainsi Dieudo n’a pas pour objectif d’effectuer un examen critique de l’organisation capitaliste de nos sociétés postindustrielles, mais vise à dresser les communautés les unes contres les autres: les descendants africains victimes de la traite négrière ou de leur exploitation que l’Etat français refuse de reconnaître vs les juifs à qui l’Europe continental et les pays anglo-saxon feraient des courbettes par culpabilité; les français de souche, i.e. de la périphérie ou du monde rural, les « perdants » de la mondialisation vs toujours les juifs à qui l’Europe continental et les pays anglo-saxon feraient des courbettes par culpabilité; etc.

Dit autrement, ce que fait Dieudonné, c’est mettre en concurrence différentes mémoires collectives, c’est mettre en concurrence différentes victimes.

S’évertue à un pareil exercice, dresser les gens les uns contre les autres, ici, dans le cas Dieudonné, s’apparente à une lutte pour des/ses parts de marché dans un milieu où, je le concède, il a été mis au ban.

Dieudonné, à mon sens, apporte ainsi des clefs de lecture de la société par trop simplistes. Un nécessaire travail de mise en lumière des processus historiques et sociaux doit être fait, dans le but d’une meilleure compréhension de la société et des conflits qui en sont constitutifs.

Punkt.

Répondre