Plaidoiries pour les droits humains 27 janvier 2020 - 17 février 2020

Le 15 novembre 2019 a eu lieu au Palais Eynard, à Genève, un concours d’art oratoire un peu inhabituel. Toutes les plaidoiries traitaient des droits humains. Une première dans le canton. Quatre oratrices et un orateur ont concouru avec éloquence dans le cadre du festival féminin et féministe Les Créatives, événement organisé en collaboration avec l’Association des Juristes Progressistes. Chaque lundi pendant cinq semaines, les participant·e·s du concours partagent leurs texte sur Jet d’Encre.

Genre 17 février 2020

Persécuté·e en raison de son orientation sexuelle et de son identité de genre : un motif d’asile à défendre

Jet d’Encre vous présente la quatrième et avant-dernière plaidoirie du concours d’art oratoire pour « les droits humains ». Amel Merabet prend son sujet, la discrimination liée au genre comme motif d’asile, à rebrousse poil et nous emmène dans un monde miroir dans lequel tous les repères s’inversent et rendent visible l’invisible.

Genre 3 février 2020

Repenser juridiquement les surnoms sexistes : « Mistinguett » face au Tribunal fédéral

La créative Charlotte Teasdale nous propose une réflexion de haut niveau sur l’importance des mots et plus précisément des sobriquets utilisés dans le cadre du travail. Quand une femme se fait appeler « Mistinguett » au bureau, en plus de la moquer, quel genre de poids culturel sexiste lui met-on sur les épaules? Découvrez aujourd’hui sa fine analyse de la problématique sur Jet d’Encre, dans le cadre du dossier « Plaidoirie pour les droits humains ».

Genre 27 Jan 2020

Loi sur la laïcité : une laïcité spécialement imposée aux femmes

Jet d’Encre inaugure un nouveau dossier qui vous tiendra en haleine pendant cinq semaines. Chaque lundi paraîtra une plaidoirie pour les droits humains. Ces textes, tous aussi enflammés qu’engagés, destinés à l’origine à être déclamés, ont tous été écrits pour le concours d’art oratoire co-organisé par le festival Les Créatives et l’Association des juristes progressistes. La première des cinq plaidoiries traite de la loi sur la laïcité. L’oratrice décline son argumentation autour de l’idée que, sous couvert de laïcité et de neutralité, cette loi genevoise vise principalement à restreindre la liberté religieuse des femmes.