Société Le 28 août 2014

Voltaire aussi était « nul en orthographe »

4
4
Voltaire aussi était « nul en orthographe »

Dans leur récit de l’anecdote des bévues orthographiques de Ferney, la plupart des commentateurs laissent entendre qu’il s’agit avant tout d’un camouflet envers un auteur prestigieux de notre langue.

Certes, ces nombreuses coquilles sont regrettables, ridicules peut-être, mais elles n’insultent en aucun cas la mémoire du génial Voltaire, car, à l’évidence, son orthographe française valait à peine celle d’un collégien moyen.

Il faut dire que la confusion entre la maîtrise de l’orthographe et celle de la langue est relativement récente. C’est en effet au XIXe siècle que l’apprentissage et l’application de règles extrêmement complexes comportant de nombreux illogismes érigés en vérités indiscutables a permis de distinguer la caste de ceux qui les maîtrisaient sans génie de la classe de ceux qui ne pouvaient pas se permettre le luxe de les faire apprendre à leur enfants.

La qualité de l’orthographe est donc devenue un marqueur social, que la bourgeoisie de l’époque s’est empressée de transformer en marqueur culturel, voire intellectuel. Et l’école républicaine de Jules Ferry est tombée dans le panneau, puisqu’elle a gaspillé des millions d’heures à faire apprendre aux petits francophones des règles et conventions souvent inutiles et parfois absurdes plutôt que de les édifier dans des domaines plus intéressants et de réformer de fond en comble l’orthographe française.

Contrairement à ce qu’on entend parfois, une telle réforme n’aurait généré aucun déficit culturel. Preuves en sont les phonétisations de l’italien, du turc ou du tchèque, langues dont on ne peut nier qu’elles demeurent les vecteurs d’œuvres culturelles de haut niveau, tout en acceptant sans scrupule étymologique « farmacia », « kuaför » ou « bižuterie ».

Aujourd’hui encore, l’insistance sur l’importance sociale de l’orthographe « pour trouver un bon métier », lors même que la plupart des patrons ignorent tout des accords du participe passé, est un cliché familial et scolaire.

Dommage, car, pour en revenir à Voltaire, une rapide « correction » de ses manuscrits (ici, la page 2 de Candide, disponible sur le site de la BNF) confirme qu’être un génie de la langue et de l’écriture n’empêche pas de confondre la 2e et la 3e personne de l’imparfait, ni d’opter pour des graphies courantes à l’époque, mais aujourd’hui choquantes pour ceux qui s’érigent en puristes.

 

Pour décou­vrir d’autres textes sous la plume de Julien Nicolet, n’hésitez pas à consulter son blog, hébergé par la Tri­bune de Genève.

Commentaires

image-user

Orchidée

Vous feriez bien de prendre des cours de paléographie avant de souligner en rouge des fautes qui n'existent pas !…

Lire la suite
image-user

James

Bonjour Andrew . Quand je dis "rude tâche" je pense à la quantité , -et non pas à un…

Lire la suite
image-user

Andrew Brown

Oui, c'est de la main de Wagnière, mais Wagnière n'a pas écrit les oeuvres de Voltaire, il les a copié.…

Lire la suite

Laisser une réponse à James Annuler

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Jet d'Encre vous prie d'inscrire vos commentaires dans un esprit de dialogue et les limites du respect de chacun. Merci.

image-user

Orchidée

Vous feriez bien de prendre des cours de paléographie avant de souligner en rouge des fautes qui n’existent pas ! Je ne suis pas douée en orthographe, mais entre autre, l’usage de l’accent circonflexe n’est apparu que tardivement.

Répondre
image-user

James

A mon humble avis, ce document (Candide) est de la main de Jean-Louis Wagnière secrétaire de Voltaire qui eut la rude tâche d’écrire une bonne part des oeuvres du patriarche .
Beaune journé à tus

Répondre
image-user

Andrew Brown

Oui, c’est de la main de Wagnière, mais Wagnière n’a pas écrit les oeuvres de Voltaire, il les a copié. Rude tâche, d’être le premier à lire les textes de Voltaire ? Il y a pire…

Répondre
image-user

James

Bonjour Andrew .
Quand je dis « rude tâche » je pense à la quantité , -et non pas à un manque de qualité-, tout à fait extraordinaire de travail de rédaction sous la dictée et de copie du jeune Jean-Louis Wagnière . Je me prête au plaisir constant de lire Voltaire que vous contribuez sans relâche à faire connaître . Amicalement
Vthetos.

Répondre