Société Le 26 juin 2014

Peut-on fonder le racisme en raisons? Le cas Champ-Dollon

1
1
Peut-on fonder le racisme en raisons? Le cas Champ-Dollon

CC BY-SA 2.0

Cet article a été initialement publié le 11 mars 2014 sur le site du Courrier.

Selon les chiffres fournis par l’administration pénitentiaire genevoise, plus de la moitié des détenus de la prison surpeuplée1 de Champ-Dollon sont musulmans. Or, seule une petite fraction de la population résidante dans le canton de Genève, environ cinq pour-cent, appartient à cette communauté religieuse. Tient-on là une preuve que les musulmans sont des criminels en herbe ? Non. Pourquoi ? Car les étrangers, les jeunes, les chômeurs, les moins diplômés ainsi que les hommes – des catégories que l’on peut suspecter d’être fortement associées à des séjours en prison – sont également surreprésentées au sein de la population musulmane2. Avant de pouvoir affirmer de façon sûre que c’est bien l’appartenance de l’individu à une communauté religieuse qui explique sa plus forte propension à se retrouver derrière les barreaux, il faut rejeter les hypothèses concurrentes, soit s’assurer que la plupart des choses sont égales par ailleurs. Justement, que se passerait-il si, égales, elles l’étaient ?

Le raciste, exégète à ses heures, est convaincu que de croire en l’Islam3 rend plus criminel que de croire en une autre religion, chrétienne par exemple : il va donc affirmer que même si les paramètres susmentionnés étaient maintenus constants, contrôlés, il y aurait toujours un nombre plus important de musulmans emprisonnés. Grand seigneur, il admettra néanmoins que seule une fraction des musulmans embastillés à Champ-Dollon le sont parce qu’ils suivent les préceptes de leur religion, les autres l’étant pour d’autres raisons. Ces précautions méthodologiques prises, pourra-t-il enfin défendre sans rougir l’idée que les musulmans sont, plus encore que leurs amis chrétiens, des criminels en puissance ?

Oui, bien sûr, à condition toutefois de démontrer qu’entre le moment où le musulman fut dénoncé par un voisin, appréhendé par un policier, placé en garde à vue, jugé, et le moment où il est sorti de prison, il n’aura jamais été traité de façon défavorable par rapport à un non-musulman. La possibilité d’un traitement inégal comme un profilage racial doit être exclue tout au long de la procédure judiciaire, et même au-delà, sans quoi la plus forte proportion de musulmans en prison ne pourra être utilisée pour justifier une croyance raciste.

En théorie, les racistes devraient lutter contre les discriminations raciales sous toutes leurs formes, sans quoi ils perdront tout espoir de fonder rationnellement leur conviction. En pratique, toutefois, ces derniers finissent généralement par comprendre que la mise en place d’une société plus juste risquera d’ébranler leur croyance radicale, déjà mise à mal par une simple réflexion. Le risque c’est que les « preuves » actuellement disponibles, conditionnelles, fragiles et douteuses soient – dans une société idéale ou proche de l’être – remplacées par une absence de preuves… ou de prison.

Pragmatiques, les racistes préféreront sans doute abandonner un combat qu’ils auront tout de même eu le mérite d’envisager de mener. Mieux vaut être irrationnel et raciste que de suivre sa raison, de dépenser, temps, énergie et argent, ceci sans même être assuré d’obtenir la croyance escomptée. Dommage que les racistes se détournent de cette voie, car il ne semble pas que les personnes qui rejettent ce type de croyances aient sérieusement envisagées de l’explorer4. Ma foi, la lutte contre les discriminations raciales attendra.

Mais en fait, chers politiciens, catholiques ou protestants, pourquoi diable y a-t-il autant de musulmans à Champ-Dollon ? « Genevois pas » ?

 

Licence Creative Commons
Peut-on fonder le racisme en raison? Le cas Champ-Dollon de Lukas à Porta est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International

 


1. Un pléonasme bien genevois.

2. Voir l’enquête statistique publiée par l’Office fédéral de la statistique (OFS) intitulée « Le paysage religieux en Suisse » (Claude Bovay, 2004).

3. Pour faciliter la démonstration, on admettra, faussement, que l’Islam est un bloc monolithique, que tous les musulmans de Genève suivent les mêmes préceptes religieux provenant du même courant islamique.

4. Voir la récente réponse de la Suisse au comité de l’ONU sur la discrimination raciale.

Commentaires

image-user

Quentin S.

Oulala, quel article salvateur que celui qui tente bêtement de s'opposer à des chiffres par des filatures intellectuelles vraiment osées…

Lire la suite

Laisser une réponse à Quentin S. Annuler

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Jet d'Encre vous prie d'inscrire vos commentaires dans un esprit de dialogue et les limites du respect de chacun. Merci.

image-user

Quentin S.

Oulala, quel article salvateur que celui qui tente bêtement de s’opposer à des chiffres par des filatures intellectuelles vraiment osées ! Si je suis le raisonnement proposé ci-dessus, il faut se poser la question de « pourquoi d’autres communauté non judéo-chrétienne vivant chez nous ne sont pas aussi sur-représentée dans nos prisons ? » Bizarrement la question n’est pas mentionnée ici, mais on se doute bien qu’occulté l’idée était une nécessité éditoriale, sans quoi plus rien ne tenait debout !
Bizarrement aussi, les statistiques vous donnent tort du début à la fin, et par conséquent, toute la base de votre raisonnement s’effondre. les musulmans sont moins bien intégré que des japonnais ou des tibétains, à proportions respectées ou égales, extrapolées ou non. Peu importe, toutes les statistiques mènent au même constat, et venir prétendre qu’elles sont faussées de la sorte est de bas niveau. J’ai de la peine à comprendre cette volonté de vouloir systématiquement stigmatisé des communautés sur ce genre de site (…)

Et contrairement à ce que vous espérez induire chez le lecteur, c’est à dire une idée béante d’ouverture à l’infamie et aux crimes, sous prétexte de se cacher d’un racisme qui serait ambiant et dont on ne voudrait surtout pas faire partie, même sans s’en rendre compte, au final on a plutôt tendance à se dire qu’on devrait serrer la vis face à ces gens qui se foutent bien de notre gueule, et c’est ici qu’on risquerait de faire l’erreur à ne pas commettre ; croire qu’ils sont tous pareil !

Mais bravo pour cette démonstration d’encouragement à la différenciation raciale et à la condamnation d’un groupe plutôt qu’une partie de celui-ci au profit et sans relever la réussite d’intégration des autres. Si vous aviez eu l’audace de clairement sus-mentionner le problème de _certaines_ communautés musulmanes afin d’expliquer la raison de la vérité absolue de leur présence massive dans nos prisons, c’eut été une bonne chose pour réellement comprendre la situation et vouloir aider ces gens à améliorer leur rang actuel. Mais ma fois, la bonne pensée mondaine du canton de Genève en est visiblement encore bien loin !

ABE

Répondre