jet d'encre

Coups de coeur Le 18 novembre 2016

La scène musicale genevoise s’anime

0
0
La scène musicale genevoise s’anime

Le 1er album de Cold Bath, « Nomad », est disponible depuis le 14 octobre dernier.

Dans son habituelle morosité, Genève ne parle que très peu, ou bien insuffisamment de ses talents. J’entends même parfois les échos de certaines mauvaise langues: « Genève, c’est mort ». C’est faux. Genève regorge de jeunes artistes prometteurs. Simplement, vous ne les connaissez peut-être pas encore. Cold Bath par exemple, groupe de rock psychédélique du terroir, vient de dévoiler son premier album, Nomad ; une bouffée d’air frais.

 

Sur nos monts, quand le soleil prend froid

Les amateurs du groupe connaissent déjà leur titre «Mamma I Wanna Live In The Woods », puisque le clip a été mis en ligne sur YouTube en mars 2016. Depuis, les quatre artistes faisaient languir leur public à coups de concerts endiablés un peu partout dans la région, et même au-delà. Entre autres, ils ont été sélectionnés pour représenter la Suisse dans un concours international à Berlin. La Champion’s League.

Puis, comme si cela ne suffisait pas, leur titre « Fire In The Jungle » s’est retrouvé dans la dernière sélection du concours musical organisé par Coca-Cola au mois de septembre, le même qui avait notamment permis au groupe 77 Bombay Street d’exploser. Ils n’ont malheureusement pas remporté ces deux compétitions, mais cela démontre tout de même leur potentiel.

 

 

Revenons à nos quatre moutons. Malgré leur jeune âge (une moyenne de 21-22 ans), ils font déjà preuve d’une certaine maturité. Ce sont tous des musiciens aguerris, qui pratiquent depuis plusieurs années. Deux guitaristes aux riffs cosmiques (Henry Sims et Alex Merlin, qui s’occupe aussi du chant), accompagnés d’un excellent bassiste (Antoine Superflej Jr). C’est un peu le Barça : Messi-Suarez-Neymar. Mais que feraient-ils sans leur régulateur de jeu, Sergio Busquets, alias Baptiste Paracchini à la batterie ?

 

Au premier plan : Alex Merlin ; puis de gauche à droite : Baptiste Paracchini, Antoine Superflej Jr et Henry Sims.

Au premier plan : Alex Merlin ; puis de gauche à droite : Baptiste Paracchini, Antoine Superflej Jr et Henry Sims.

 

Leur style ne se laisse enfermer dans aucun carcan. On passe du chill au carnage sans même s’en rendre compte. Des morceaux plus pop (« Mamma I Wanna Live In The Woods ») sont entrecoupés par des sons plus bruts (« Cold Bath »). Allant de Foals à Rage Against The Machine, les références sont bien saisies et variées. Ils pourraient déjà prendre le melon, mais il n’en est rien. La preuve par leur humour décalé dans le dernier morceau, « Sick Sundays », qui arrachera sans doute un sourire à ceux qui ont vu Le Grand Détournement de Michel Hazanavicius. S’il fallait exprimer un seul bémol, je dirais que les paroles de « Polza » sont encore un peu naïves. Des titres comme « What Would You Say ? » et « Freaks » sont plus planants et bercés par une touche onirique. Mais « Dune », peut-être mon titre favori, exprime bien leurs influences « pink-floydesques ». On se laisse emporter par cette sublime tempête de sable, si brillamment conclue par un long crescendo.

 

 

Pour avoir assisté à plusieurs de leurs concerts, je vous recommande fortement de suivre ces quatre trublions de la région genevoise. Leurs performances live sont particulièrement énergiques. Pour fêter la sortie de leur album sous forme de vinyle, Cold Bath prend d’ailleurs la peine d’organiser une soirée complète, ce samedi 19 novembre à la salle du Terreau. Beaucoup d’artistes locaux seront présents, allant du rock à la musique électronique (electronica, synth-wave, techno). Enfin un évènement où l’on ne se fera pas uniquement lobotomiser les synapses par 8h de techno non-stop. Un peu de diversité est bienvenue. Une soirée riche en perspective, vous l’aurez compris. Si vous êtes de Genève et que vous ne les connaissez pas encore, ce sera donc l’occasion parfaite pour venir les découvrir. Et si vous êtes d’ailleurs, vous ne regretterez pas le déplacement non plus. Surtout quand, au bout de la nuit, un inconnu (peut-être moi ?) vous prendra dans ses bras, pleurant à chaudes larmes en balbutiant : « Vive Genève et ses artistes! »…

 

Retrouvez Cold Bath sur www.facebook.com/coldbathofficial/ et
https://soundcloud.com/cold-bath

 

Nebraska, à la salle du Terreau (GE) ce samedi 19 novembre dès 20h.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Jet d'Encre vous prie d'inscrire vos commentaires dans un esprit de dialogue et les limites du respect de chacun. Merci.

*