Critique Médias Le 11 avril 2013

Reportage objectif sur le cannabis (ça change du Figaro)

4
4
Reportage objectif sur le cannabis (ça change du Figaro)
(c) hempbenefits.org

(c) hempbenefits.org

Parfois, il arrive qu’un grand média fasse son travail plus qu’honorablement. Ce fut le cas pour la RTS, avec son reportage sur le cannabis thérapeutique, lors du journal de 19h30 du 1er avril. Un reportage remarquable qui tombe à point nommé pour opposer un contraste flagrant avec la désinformation diffamatoire du Figaro (analysée récemment ici-même) et qui vient illustrer et appuyer les arguments que j’avais mentionnés. Quand un média fait bien son travail d’information, on aurait tort de bouder notre plaisir.

En comparaison aux articles du Figaro, ce reportage de la RTS semble pour le moins surréaliste. C’est à se demander s’ils parlent bien de la même plante. Et pourtant… Voici quelques extraits, en commençant par l’introduction du reportage, où la présentatrice du journal rappelle l’esprit de la loi.

« Depuis juillet 2011, l’usage du cannabis à des fins thérapeutiques est autorisé en Suisse. La nouvelle législation devait permettre aux malades de sortir de l’illégalité. Mais un peu moins de deux ans plus tard, il n’en est rien. La plupart continue de s’approvisionner illégalement dans la rue. »

Le reportage commence par la présentation d’un patient consommant du cannabis pour contrôler ses symptômes.

« Des médicaments pour contrer la maladie et la douleur, cet homme ne les compte plus. Atteint du sida et d’un cancer du côlon, il avoue, sous couvert d’anonymat, qu’en accord avec son médecin, il consomme du cannabis pour soulager ses spasmes, mieux dormir et faire passer ses nausées. »

Le patient explique alors l’intérêt de consommer du cannabis (malgré les risques que cela comporte), intérêt que feignait de ne pas comprendre « l’expert » en pharmacologie du Figaro. Et surtout, son témoignage souligne la notion de choix du patient.

« Bon, il y a des pilules, c’est vrai, qui existent pour cela. Mais je dirais que déjà avec une tri-thérapie et des médicaments pour passer certains effets des autres médicaments et tout, au niveau médicaments, ça fait quand même une certaine surcharge. Et puis ça provoque d’autres effets supplémentaires. Donc à choisir, c’est vrai que je préfère avoir du confort et prendre du cannabis. »

On apprend ensuite que ce sont « des bienfaits reconnus par de nombreux médecins » (mais pas par le neuro-pharmacologue à deux balles du Figaro, bien entendu) et qu’en la matière, « la recherche ne fait que commencer« . Puis c’est au tour du Dr Barbara Broers, médecin-cheffe adjointe de l’unité dépendance de l’Hôpital Universitaire de Genève, de citer quelques applications possibles du cannabis:

« Il y a aussi des effets vraiment, disons, soignants, en termes d’oncologie, et même aussi par rapport à la sclérose en plaque. On sait que les cannabinoïdes ont des effets sur le système immunitaire et que donc, peut-être par rapport à certaines maladies auto-immunes, il peut y avoir un réel effet thérapeutique. »

Mais la situation actuelle présente une forme d’hypocrisie, sur laquelle le reportage de la RTS va mettre le doigt.

« Si en Suisse, l’usage du cannabis thérapeutique est autorisé depuis presque deux ans, un seul médicament à base de THC est disponible en pharmacie. Son prix : entre 500 et 1000 francs pour un traitement d’un mois qui n’est pas remboursable. Du coup, la plupart des malades se procurent du cannabis en toute illégalité, avec les risques que cela comporte. »

Il est intéressant de noter qu’à très juste titre, le reportage parle des risques liés au cannabis, non pas à propos des risques inhérents à la plante (il y en a), mais à propos des risques bien plus grands induits par la prohibition de celle-ci (risque pénal, social, sanitaire, etc.). On découvre donc la situation de quatre malades condamnés pour achat et consommation de cannabis comme de vulgaires criminels, suivi du commentaire lamentable d’Olivier Jornot, procureur général de Genève. L’esprit de la loi ne le préoccupe visiblement pas.

« La loi clairement reste applicable et interdit cette consommation-là. Elle interdit aussi le fait de produire dans ce but. Cela n’a encore une fois rien à voir avec la légalisation du cannabis thérapeutique qui, elle, doit passer par la consommation d’un médicament dans une pharmacie, et non pas par le fait de fumer un joint. »

Pour lui, par principe, la consommation de cannabinoïdes n’est donc justifiable que si elle rapporte de l’argent à l’industrie pharmaceutique. « La loi est aberrante, mais peu importe, c’est la loi », dit-il en substance (no pun intended). Bien évidemment, « cela n’a encore une fois rien à voir » avec le fait qu’on peut obtenir pratiquement le même résultat en faisant pousser (gratuitement) une plante dans son jardin… Le Pr Costentin du Figaro, lui aussi, tentait de convaincre le lecteur que le cannabis des groupes pharmaceutiques « n’a rien à voir » avec le cannabis « naturel ». Le procureur et le pharmacologue s’entendraient probablement comme larrons en foire.

On termine avec la conclusion du reportage:

« Difficile d’estimer le nombre de personnes qui consomment du cannabis à titre thérapeutique en Suisse. Selon nos informations, ils seraient plusieurs centaines de malades. »

Bref, voilà un reportage extrêmement pertinent, mettant le doigt sur un problème concret de la loi actuelle et dénonçant l’hypocrisie d’un système qui punit pénalement les malades qui se tournent vers une alternative aux traitements onéreux préconisés par l’industrie pharmaceutique. Un magnifique contre-exemple à la désinformation endémique dans les médias sur le cannabis, qui permettra peut-être de faire changer la situation et dont peuvent être très fiers ses deux auteurs, Aline Inhofer et Yves Bussard.

Commentaires

image-user

Adriano Brigante

Tout est possible! :)

Lire la suite
image-user

Adriano Brigante

Salut mon homonyme! :) Tout d'abord, merci pour le commentaire! Ensuite, je crois qu'on a exactement la même vision sur…

Lire la suite
image-user

Adriano

Le cannabis est un sujet difficile et terriblement idéal pour en débattre au détriment des utilisateurs. Pour être véritablement objectif,…

Lire la suite

Laisser une réponse à Patate Annuler

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *
Jet d'Encre vous prie d'inscrire vos commentaires dans un esprit de dialogue et les limites du respect de chacun. Merci.

image-user

Adriano

Le cannabis est un sujet difficile et terriblement idéal pour en débattre au détriment des utilisateurs.

Pour être véritablement objectif, il faudrait abandonner véritablement toute idée préconçue qui lie de près ou de loin cette plante, toute idée qui nous à été laissée par la propagande depuis la marijuanna tax law de 1937 ( je pense bien évidemment à Mr. Hanslinger )ou même depuis l’interdiction de Napoléon Bonaparte qui estimait que cela était mauvais pour ses soldats.

Il faudrait se mettre à la place d’un chercheur qui découvre cette matière organique et naturelle pour la première fois et se poser les bonnes questions sans déjà la considérer comme une drogue.

Les recherches sur le système endo-cannabinoide sont encore incomplètes à ce jour, mais il est clair que le cannabis pourra remplacer dans le futur des substances pharmaceutiques sans pour autant procurer des effets secondaires.

Ensemble mettons fin à l’hypocrisie du système légal concernant ce sujet, légalisons pour éliminer le trafic lié à ça et sensibilisons les enfants sur les effets de son usage comme pour l’alcool… sauf que le cannabis n’est pas un poison…

Répondre
image-user

Adriano Brigante

Salut mon homonyme! 🙂
Tout d’abord, merci pour le commentaire!
Ensuite, je crois qu’on a exactement la même vision sur le sujet, je suis à 100% d’accord avec toi.
Quand je discute de ce sujet avec des « opposants » au cannabis, je dois toujours me battre pour leur faire oublier la classification légale du cannabis en tant que « drogue ». En toute objectivité, ce n’est pas plus une drogue que l’alcool ou les médicaments anxiolytiques (d’ailleurs aux USA, le terme « drugs » inclut également les médicaments). Cette classification légale et sémantique arbitraire (ou plutôt basée sur des raisons économiques et politiques, comme tu l’as rappelé) et les préjugés qui en découlent sont les plus gros obstacles à l’utilisation de cette plante. La propagande des années 30 a été rudement efficace. Et pourtant, c’était risible, tellement c’était navrant de mauvaise foi (je te conseille le film « Reefer Madness » de 1936, c’est du grand art!)

Si j’ai écrit un billet sur ce reportage, c’est qu’il se démarque par son approche rationnelle du problème. Et il est objectif, donnant même la parole au « camp adverse », en la personne du procureur général de Genève, qui lui ne se démarque pas particulièrement par son approche rationnelle.
Je pense que ce reportage va dans le bon sens pour lutter contre les préjugés et montrer au grand public l’utilité thérapeutique de cette plante, ainsi que les aberrations juridiques qui l’entourent. Et comme l’hypocrisie du système est alimentée par les médias, je me devais de saluer ce reportage à contre-sens du discours médiatique dominant.

Répondre